Accueil > Journaux > Un autre Futur > Un Autre Futur Septembre 2014

Un Autre Futur Septembre 2014

Publié le 18 septembre 2014

NON A LA DESTRUCTION DE L’IMMEUBLE MESSAGER

Et ça continue ! Après la
destruction de dizaines d’immeubles
HLM en très bon état,
les pouvoirs publics s’attaquent
maintenant à l’immeuble
« Messager »
(Reynerie). Cela, malgré l’opposition
croissante des habitants
qui ne veulent pas être
« délocalisés ». Il est vrai que
le relogement des familles
victimes des précédentes
destructions leur sert de leçon.
Ces familles sont nombreuses
à constater (mais trop
tard) que le relogement « à
l’identique » qu’on leur avait
promis a été catastrophique :
appartements plus petits, plus
chers, charges multipliées, faiblesse des transports en
commun… Beaucoup de familles
modestes qui arrivaient
tout juste à équilibrer leur
budget ne s’en sortent plus.
La destruction de centaines de
logements sociaux à laquelle
nous avons assisté ces mois
derniers à Toulouse est particulièrement
scandaleuse alors
que tant de gens sont à la rue
ou vivent en bidonville ou
autres logements insalubres
et surpeuplés. Le sinistre Vals
vient d’annoncer une relance
de la construction en pulvérisant
la loi Duflot. Il n’a pas
pensé qu’il pourrait commencer
par bloquer la destruction
des HLM !
L’acharnement mis à détruire
des logements sociaux donne
la mesure du mépris que les
pouvoirs publics ont pour les
plus pauvres de notre société.
A nous tous de relever la tête,
de nous opposer aux destructeurs
et d’exiger des conditions
de vie dignes pour
chacun !

Pour en savoir plus :
ouvriersgensdici.free.fr/

Sur ce site – Journal Anarchosyndicalisme ! n°140 :« Grand
projet de ville, arme de destruction massive de logements sociaux
 »

Recette officielle pour fabriquer des SDF :

1/ Prenez un immeuble
normal, si possible en
excellent état.

2/ Videz-le de ses habitants,
arrachez les portes, fenêtres
et façades. Mettez les
habitants restants sous
bache plastique blanche.
3/ Réduisez l’ensemble en
gravat à coup de pelle
mécanique.

4/ Etonnez-vous que
des familles soient
encore à la rue et
déclarez d’un ton
peiné "nous n’avons
pas encore de
logement pour loger
les familles".

Le chiffre du mois : 15

c’est le nombre d’enfants que
l’absence de logement a tué l’an
dernier en France. Leur
moyenne d’âge était de 4 ans,
certains n’étaient même que des
bébés. Ceux qui ont mis ou laissé
ces familles à la rue ne risquent
rien : l’infanticide passif d’enfants-
SDF ne trouble pas les
« pouvoirs publics ».
[Rapport « Dénombrer et décrire. Améliorer l’exhaustivité
et la description des personnes SDF
décédées en 2013 », publié en 2014.
http://www.mortsdelarue.org/]

++++

3 jeune ouvriers à Airbus mis en danger.

Il y a quelques mois, 3
jeunes ouvriers d’Airbus,
d’une trentaine d’années
étaient dans un état de
santé gravissime, suite à
une chute de 10 mètres
d’une plate-forme mobile
sur laquelle ils exécutaient
des travaux de peinture sur
un avion. Cet accident s’est
produit dans la matinée du
24 avril.

Bien que ce type de plateforme
soit contrôlée et
vérifiée régulièrement,
malgré des formations de
sécurité auxquelles tous les
salariés participent, cela
n’évite pas les accidents et
on peut dire que les
cadences infernales les
rendent même inévitables.
Il n’est pas possible
d’affirmer qu’Airbus soit
responsable directement de
cet accident, mais on
constatera qu’en mars 2010
un accident du travail a fait
un mort, en février 2005 il y
en avait eu un autre et en
2006 une presse avait
explosé, faisant plusieurs
blessés.

A ce jour, et ce depuis
plusieurs semaines, plus
aucune information ne
circule sur l’état de santé de
ces 3 ouvriers. La seule info
dont nous sommes sûrs,
c’est du nombre d’avions
livrés depuis le début de
l’année !

La production c’est la seule
priorité réelle d’Airbus, et le
« zéro accident » n’est
qu’une illusion
Nous espérons que ces trois
jeunes s’en sont sorti
indemne et leur souhaitons
un bon rétablissement.

Ni PIRL, ni gazelles !

Le saviez-vous ? Sur les chantiers, on trouve des gazelles !

Mais non, malheureusement
ce ne sont ni des antilopes... ni
des jolies filles. Ce sont des
échelles ! Également appelées
PIRL : plate-formes individuelles
légères. Et c’est bien là
le problème : de légères elles
n’ont que le nom ! Elles nous
sont imposées par des
« costards-cravates » qui ne
viennent sur les chantiers que
pour nous regarder travailler.
L’idée de départ paraissait
sympa, c’était de nous donner
des échelles plus stables. Le
problème, c’est qu’elles sont
totalement inadaptées aux
réalités des chantiers. Elles
nous rendent le travail encore
plus pénible que ce qu’il
n’était déjà. Trop lourdes, trop
encombrantes, elles causent
plus de risques d’accidents et
de blessures que les échelles
classiques. Sans compter les
conséquences chroniques sur
le dos de ceux qui doivent les
porter à longueur de journée.

Alors s’ils veulent des PIRLs
sur les chantiers, messieurs
les « costards-cravates » n’ont
qu’à venir les porter eux
mêmes !

++++

TRAVAILLEURS SANS TOIT

Si vous quittez tous les matins
votre maison ou votre appartement
pour aller travailler, et
bien sachez que certain travailleurs
n’ont pas cette
chance là. Nous ne voulons pas
parler ici des chômeurs mais
des nombreux salariés n’ont
même pas un toit pour dormir.
Contrairement à ce qu’on croit
souvent en effet, 1/4 de personnes
sans domicile fixe travaillent…
et travaillent dur !

En CDD, en intérim et même
avec des contrats à durée indéterminée
elles sont environ
35 000 dans cette situation
scandaleuse en France. Le
problème, c’est que leurs
salaires, l’absence des « garanties
 » exorbitantes exigées
par les propriétaires, la cherté
des loyers… tout cela fait que
ces personnes ne peuvent pas
trouver de logement et en sont
réduites à dormir dans leur
voiture, sous tente, en bidonville…
Le comble, c’est que la
plupart de ces travailleurs
exercent un métier dans le
bâtiment (et dans la restauration) !

Ils construisent donc
des maisons et des appartements
pour les autres mais eux
n’y ont pas droit.

Grande Bretagne... comme ici !

33,7 milliards d’euros, c’est
la richesse cumulée des cinq
familles les plus riches de
Grande Bretagne ! Ces cinq
familles possèdent à elles
seules autant que les 12,6
millions de Britanniques les
plus pauvres. En tête du palmarès,
le duc de Westminster
avec 9,4 milliards
d’euros, qui possède autant
que les 10 % de ses concitoyens
les plus pauvres !

Depuis
plus de 20 ans, les
revenus de ces privilégiés
ont augmenté du simple au
double. Alors que des millions
de Britaniques n’arrivent
pas à joindre les deux
bouts, les gouvernements
successifs du Royaume Uni
font et refont des cadeaux
aux entrepreneurs et autres
capitalistes (et s’enrichissent
personnellement
au passage). Finalement, en
Grande-Bretagne... c’est
comme en France.

Encore un incompris

Il paraît qu’on l’a mal compris,
ce pauvre Rebsamen !
En écrivant sur son twit officiel
« Je demande à pole_
emploi de renforcer les
contrôles pour être sûr que
les gens cherchent bien un
emploi », il ne voulait pas
du tout –mais alors pas du
tout- stigmatiser les
chômeurs. Non, sans blague,
il voulait les soutenir moralement,
peut-être ? [1]
De deux choses l’une : où
monsieur le ministre du travail
écrit sans réfléchir, ou il
nous prend pour des imbéciles…
à moins que ce ne
soit les deux à la fois !

Contact


Envoyer un message

Téléphone

05 61 52 86 48

Adresse

CNT-AIT - Toulouse
7 Rue Saint-Rémésy
31000 Toulouse