TÉMOIGNAGE D’UN GILET JAUNE EN PRISON

Il est à peu près 22h00 ce lundi 1 septembre 2019 alors que je suis suivi prudemment par l’infirmerie de la maison d’arrêt d’Angoulême pour une suspicion d’appendicite, je suis sur mon lit plié en deux souffrant d’une extrême douleurs au ventre. Mes codétenu appuie sur l’alarme d’urgence de la cellule, pendant 45 minutes environs celle-ci sonne hélas aucune réponse.

Un surveillant passe dans l’aile au environs de 22h55, mes codétenus l’interpelle et lui part de la situation. Le surveillant en question demande c’est pour qui ? Brisé qu’il aille se faire enculé. 10 minutes plus tard, l’interphone c’est mis en route, un autre surveillant bien plus compréhensif nous demande dans l’interphone ce qu’il ce passe dans la cellule, un de mes codétenu lui répète la situation, le surveillant me dit " je vais appeler un gradé" est ce qu’il la fait ? En tout cas personne n’est intervenu.

À retenir un insulte totalement gratuite mais surtout non assistance à personne en danger.

Conclusion : visite ultra rapide chez le médecin de la maison d’arrêt le lundi 2 septembre 2019 qui après une palpation du ventre me dis "c’est un virus, au revoir"