Gilets jaunes

Pendant tout le dix-neuvième siècle et la plus grande partie du vingtième, la question sociale, c’est à dire la manière dont sont réparties les richesses produites par la communauté entre les diverses couches de la population a été la question politique essentielle dans les sociétés occidentales. Des millions de personnes ont pris les armes, fait des révolutions, renversé des gouvernements, pour obtenir plus d’égalité économique, une répartition plus juste de la richesse entre tous, pour en finir avec l’exploitation de l’homme par l’homme. Ces mouvements ont inspiré de par le monde des philosophes, des écrivains, des chanteurs, des artistes enrichissant largement la culture populaire.

Depuis quelques décennies, penseurs post-modernes mettent, en avant d’autres problématiques telles que celles du genre, de la race , de l’identité, de la religion... pour expliquer l’évolution historique des sociétés. Pour eux, la question centrale n’est plus celle de la lutte des classes mais celles de la lutte des sexes, des races, des genres, des cultures etc.

Ces conceptions très à la mode dans certains milieux intellectuels sont largement diffusées par les médias et le soutien aux luttes de tous les groupes sociaux discriminés est devenu l’objectif principal sinon unique de nombre d’organisations et de militants progressistes.

C’est un fait incontestable, que dans le même temps, les détenteurs du capital et les états ont accentué leur pression sur les classes pauvres, en baissant leur pouvoir d’achat, en rognant leurs droits, en remettant en question des avantages acquis de haute lutte par les générations précédentes.

Avec comme prétexte des arguments calamiteux (mondialisation, communauté européenne monnaie unique...) les capitalistes restructurent l’économie à leur plus grand profit et le mouvement ouvrier semble bien léthargique face à ces agressions.

C’est presque sans réaction que les classes pauvres assistent à la baisse de leur niveau de vie, à la de restriction de leurs libertés, à la perte de leurs droits. Le chômage, la misère, le mal être affectent des proportions de plus en plus importantes de la population.

Les organisations aux syndicales dites représentatives normalement en charge de la défense des intérêts des classes travailleuses se révèlent impuissantes face aux offensives des patrons et de l’état. Ces vénérables institutions, largement financées par l’état limitent leurs ambitions à l’organisation de journées d’action ou de manifestations, toutes formes de contestations débouchant toujours sur des négociations « entre partenaires responsables ».

Leur fonction réelle apparaît ainsi clairement aux yeux de tous : masquer les antagonismes de classe et gérer les inévitables conflits de façon à ce que l’économie fonctionne au mieux en proposant des voies de garage aux révoltés, laissés pour compte de la société capitaliste.

Cette répartition des rôles entre partenaires responsables (à l’état les fonctions régaliennes, patrons l’économie, aux les syndicats la gestion du social) a permis pour le plus grand profit des classes privilégiées d’ éviter jusqu’à présent les révoltes populaires du type de juin 1936, mai 1968...

Mais l’arrogance des puissants ne connaît pas de bornes, et c’est parce qu’ils ont voulu faire payer aux classes pauvres la lutte nécessaire contre le réchauffement climatique (réchauffement qui n’est que l’une des catastrophiques conséquences de la logique économique capitaliste et de la marchandisation du monde) en augmentant les taxes sur les carburants, qu’ils ont déclenché un mouvement de révolte populaire qui choisit un gilet jaune comme symbole dérisoire.

L’histoire nous montre que l’élément déclencheur des révolutions est souvent presque insignifiant et c’est presque rien, juste une petite taxe supplémentaire sur les carburants qui a déclenché la tempête sociale.

Pour que les classes dominées consentent sans rechigner à obéir, pour qu’elles acceptent une organisation de la société fondamentalement injuste et si manifestement contraire à leurs intérêts, il faut qu’elles soient aveugles et sourdes et les États au service des classes dominantes, pour les maintenir dans cet état amorphe ne lésinent pas sur les moyens.

Mais lorsque les écarts de richesses deviennent phénoménaux, lorsque une majorité de ménages à le sentiment de s’appauvrir, quand la misère se généralise alors qu’une minuscule minorité de très riches confisque une part croissante de la richesse du pays et s’exhibe avec outrecuidance aux yeux de tous, quand l’état par toutes ces mesures favorise manifestement ces très riches, qu’il montre son incapacité à résoudre les crises écologiques provoquées par le mode de développement qu’a génère, alors les dominés sortent de leur léthargie, enfilent un gilet jaune pour manifester leur refus de tout ce à quoi ils consentaient jusqu’alors et leur volonté d’un autre futur.

Eux qui écoutaient en silence les discours des hommes politiques en place se mettent à discuter, à échanger, à confronter leurs idées. Chaque rond point devient un forum permanent et si chacun vient avec ses idées, ses espoirs, ses conceptions différentes de celles du voisin, tous partagent le refus du système politique en place, tous aspirent à une véritable démocratie et donc refusent d’élire des représentants car ils savent qu’ils deviendraient des notables manipulés par les gouvernants, tous aspirent à plus d’égalité et haïssent les privilégiés qui accaparent les richesses, ils dénoncent l’hypocrisie du gouvernement qui prétend défendre la nature et fait la promotion à outrance de la croissance économique, qui tout en affirmant défendre la justice sociale taxe les pauvres et supprime l’impôt sur la fortune, qui s’affiche au niveau international pacifiste et vend des armes à des pays en guerre, défenseur des droits de l’homme et soutien de fait des pires dictatures...

Et c’est bien de ces contradictions inhérentes au système capitaliste que discutent les gilets jaunes, et ce faisant ils découvrent qu’ils partagent tous le même sort, les mêmes difficultés à boucler les fins de mois, les mêmes aspirations. Alors que le système maintenait chacun d’entre eux isolé dans un face à face solitaire avec la
marchandise, ils prennent conscience qu’ils appartiennent tous à une classe sociale exploitée et découvrent le plaisir cl’ échanger entre égaux, de décider ensemble, d’agir ensemble. La plupart de ceux qui viennent sur les ronds points n’ avaient jamais auparavant participé à aucune manifestation, à aucune discussion publique.

Ce mouvement des gilets jaunes est donc pour eux une sorte d’initiation : ils redécouvrent les vertus de la solidarité et de l’action directe ; alors, qu’isolés ils étaient obligés de baisser les yeux devant le moindre représentant de l’autorité, unis et solidaires, ils découvrent qu’ils constituent une force redoutable capable d’effrayer les gouvernants.

A travers les gilets jaunes, c’est le peuple tout entier qui montre ses aspirations profondes, en soutenant le mouvement, en klaxonnant, en arborant un gilet jaune dans la voiture, en apportant des provisions sur les rassemblements... la solidarité de la population est impressionnante. Tous les laissés pour compte de la société, tous ceux qui s’estiment lésés, tous ceux qui aspirent à plus d’égalité enfilent un gilet jaune, et sur les ronds point se retrouvent des gens très divers qui s’expriment en toute franchise sans retenue aucune : la parole populaire se libère et apparaît dans toute sa diversité. Bien sur il y a des gilets j aunes racistes, nationalistes, xénophobes mais il y en a infiniment plus qui sont de bonne compagnie et lorsque on s’oppose au discours des premiers, il y a toujours des personnes qui nous approuvent.

L’extrême droite évidemment cherche à faire passer son message de haine (les gilets jaunes constituent un public de choix) mais c’est la responsabilité des militants
progressistes de s’y opposer, de faire entendre un discours émancipateur, de parler de solidarité, d’ égalité, d’ évoquer les expériences révolutionnaires du passé, enfin de faire œuvre de militant.

La majorité des gilets jaunes, ne savent rien de ces sujets et ne demandent pas mieux que d’en discuter. Ça les change des matchs de foot et des séries télés ! On ne peut que regretter que par aveuglement, nombre de libertaires soient restés spectateurs. Sept semaines déjà que le mouvement a débuté et il continue faisant preuve d’une inventivité et d’une résilience extraordinaire.

Aidons-le à s’épanouir !!!!