La police déteste tout le monde

Lundi 14 janvier 2019, par cnt // Justice/Injustice

Depuis le début du mouvement révolutionnaire des gilets jaunes, la presse médiatique s’est emparée de la dégradation de péages, de poubelles en feu, et de vitrines de magasins brisées comme des actes extrêmement violent, faisant le tour en boucle toute la journée. Sur les réseaux sociaux, nous assistons à la casse, pas celles de vitrines ou autres objets, mais à celle d’êtres humains.

La violente répression policière envers ceux qui manifestent leur mécontentement est monnaie courante. Face à cela les médias ne font pas trop d’éloquence, et l’état non plus.

Une journaliste France 3 le fît, elle fut vite censurée puis licenciée. Castaner monte aux créneaux, avec son ça « suffit », un ordre certainement, direct de réprimer violemment les manifestants.

A en voir les images et toutes les arrestations abusives, j’ai pu assister des mes yeux, à un déferlement de lacrymogènes alors que les gens étaient tous simplement rassemblés en fin, en début ou en milieu des manifestations.

Des les premières fumées, les drapeaux des gauchistes avaient soudainement disparus, et nous nous sommes retrouvés dans une nasse entre des blindés devant, un canon à eaux derrière, des matraqueurs en gilets bleu dans quasiment tous les petites rues. Heureusement les plus rusés des gilets jaunes ont bifurqués pour manifester ailleurs. Moi même et plein de copains en gilets sommes restés là à attendre qu’on nous libère de la place qu’ont souhaitait occuper...

Nous avons pu voir aussi, des gens de la BAC ou foncer tel des rugbyman minables sur des gilets jaunes, des flash-balls passer très prêt au niveaux de la tête, des jets puissants canon à eaux projeter à terre des gilets jaunes positionnés sur le trottoir ou sur la chaussée, un épais brouillard sur toute l’avenue qui agressait nos bronches.

Toute cette armada au frais du contribuable bien-sur ! Nos impôts servent à ça, a nous réprimer violemment. Le gouvernement ferait mieux d’utiliser l’argent qu’il gaspille pour un vrai service public digne de ce nom.

Des hôpitaux ou l’humain serait au centre des intérêts, soignants et soignés, des facultés vraiment gratuites pour tous sans obliger les jeunes à travailler dans des restos minables, pour une chambre universitaire de 10m2, ce qui représente une somme de de importante pour leurs budgets et celui de leurs familles.

Ne savent-t-ils pas que la dégradation du service public ne fera que renforcer le mouvement des gilets jaunes ?

Nous pouvons l’affirmer clairement, la police déteste tous le monde, car les lacrymogènes sont pour tout le monde, les coups de bâton aussi. Il est vrai que l’on ne risquera rien si on accepte des conditions de vie très difficiles et dégradantes, si on ne souhaite pas montrer de la solidarité envers autrui et si on ferme les yeux devant de tels agissements de personnes assermentées.

Chose que nous connaissons depuis trop longtemps, les gilets jaunes ont dit, comme Castaner mais avant lui, « sa suffit », et montrent jour après jour leur détermination !

Castaner parle de violence mais qui lance des flash-balls dans le dos d’un papy de 75 ans ? Qui met des lycéens à terre les mains croisées derrière le dos ? Qui est armé jusqu’au dents ? Qui pointe son arme ? Qui retire tout les matériels médicaux à des secouristes, venu justement soigner les blessés pendant les manifestations ? La non assistance en personne en danger n’ est-elle pas punissable ?

Castaner a choisi de lancer ces troupes, afin de réprimer ce mouvement avec toutes les forces disponibles. Les gilets jaunes ont perdu beaucoup, entre les garde à vue abusives, les arrestations, les amendes, les blessés.

Certains ont même perdus des amis, de la famille, au cœur de la révolte, sur les rond-points, où Castaner a encore décidé d’évacuer ces espaces de luttes par la force. Le gouvernement tape puis veut dialoguer et lancer un grand débat.

Mais les gilets jaunes ont choisit ces rond points pour débattre et se faire entendre, et n’ont pas attendu le référendum pour s’exprimer. Depuis plusieurs semaines ils pratiquent la solidarité, le partage et l’entraide et l’action directe. Beaucoup savent très bien que ces débat promis et ce referendum, c’est comme la lacrymogène c’est de l’enfumage...