1000 BABORDS

Vendredi 9 décembre 2016, par cnt // Antifachisme

Le vendredi 28 octobre 2016 avait lieu à Mille Bâbords, local militant de Marseille, un débat à partir du texte « Jusqu’ici tout va bien » [1] dans le cadre d’une soirée intitulée « S’opposer au racialisme : discussion » [2]. Dès le départ de la soirée, un groupe de personnes a fait irruption violemment dans le local dans le but d’empêcher ce débat.

Cette attaque du local de Mille Bâbords par un groupe de personnes auto-proclamées « racisées » (ce qu’elles revendiquent délibérément dans leur tract [3]), s’inscrit dans une série d’attaques telle celle contre la bibliothèque parisienne « La Discordia » (et cette dernière à plusieurs reprises) dans l’objectif d’empêcher tout critique sur le concept d’islamophobie et/ou le concept de racialisme (une partie de la doxa postmoderne).
Nous avons adressé un communiqué de soutien à Mille Bâbords [4], bien que nous ne soyons pas nécessairement en accord avec la ligne politique de ce local (par exemple, son ouverture à Chouard).

La discussion n’avait pas encore commencée quand une vingtaine de personnes (nos « racisées ») étaient déjà à l’écart à l’intérieur du local, silencieuses et entourant les divers participants au débat, une de ces personnes s’installera dans les toilettes et les participants au débat se rendront plus tard compte que s’était pour s’y adonner à des occupations scatologiques (inscription sur les murs de slogan avec ses propres féces). En plus de ce groupe, une douzaine de personnes attendaient en face du local : c’était « les alliés », c’est-à-dire les personnes qui, d’après la thérorie « racialiste » (raciste) ne peuvent pas prendre part à cette action car non « racisées » elles-mêmes et donc qui restent en observateurs.

Rapidement, les slogans fusent : « Notre race existe », « Ce débat n’aura pas lieu », « Pas l’histoire vous ne referez », « Votre avis, on s’en fout », « Regardez vos privilèges », « On reste, on existe », « Négationnistes », avec un lâcher de tracts [5]
En effet, pour nos assaillants « antiracistes » les races existent ! Sous un concept vague nommé la race sociale. Ce sont les mêmes qui vous expliqueront que l’islam est la religion des opprimés, oubliant tous les émirs, princes et autres rois qui la dirigent.

Face à la patience des participants au débat, nos racialisateurs paternalistes ont commencé à s’emporter avec comme spectateurs le groupe des « alliés » ; ils ont alors utilisé des bombes puantes et du gaz lacrymogène ; ont jeté des chaises et des tables, notamment sur une personne en béquilles (suite à une manifestation antifasciste [6]). Des personnes se feront gazer au visage, un des assaillants est équipé d’un poing américain, le local est entièrement saccagé livres et revues piétinés, affiches arrachées, … Pour finir, les assaillants ont exigé la libération de George Ibrahim Abdallah et ont récupéré l’affiche en soutien à ce dernier avant de faire voler en éclats délibérément une partie de la vitrine du local.
Malgré ces actes déplaisants dont l’objectif était à nouveau d’empêcher toute discussion critique sur les questions du racialisme ou de l’islamophobie, le débat s’est finalement tenu avec une quarantaine de personnes venant de différents horizons politiques.

Au final, Mille Bâbords ne sollicitera pas son assurance, bien que les dégâts s’élèvent à plusieurs centaines d’euros, car cette dernière exige un dépôt de plainte, ce à quoi Mille Bâbords se refuse.

On pourra pour plus de détails lire divers messages, dont un, écrit par un participant au débat, texte que j’ai utilisé, avec d’autres, pour ce résumé [7]. Notons que ces moments d’extrême confusion amusent beaucoup les racialistes d’extrême-droite [8]. De leur côté, il reste encore des organisations et groupes libertaires ou anti-autoritaire qui n’ont toujours rien à dire sur ces exactions et qui maintiennent un silence pesant [9], même si, depuis assez peu de temps, des militants, groupes ou organisations commencent maintenant à réagir et à s’opposer à la bêtise crasse des racistes de gauche, d’où d’ailleurs la colère de ces derniers, qui sentent leur position « idéologique » (à vrai dire bien fragile) menacée et qui de ce fait s’opposent par la violence à tout débat.

[3Le tract des personnes "racisées" laissé dans le local : https://nantesindymedia.org/articles/36052

[5Le tract des personnes "racisées" laissé dans le local : https://nantesindymedia.org/articles/36052 .

[8http://www.fdsouche/783939-marseille-une-association-de-gauchistes-attaquee-par-des-anti-racistes

[9A l’heure de la rédaction de l’article, je n’ai vu que l’OCL et la FA se prononcer.