POURQUOI FAIRE SIMPLE, BON MARCHE ET STABLE QUAND ON PEUX FAIRE COMPLIQUE, CHER ET PRÉCAIRE ?

Dimanche 24 juillet 2016, par cnt // Sans Papier

Ce mercredi 25 mai 2016, 121 Syriens ont été expulsés de l’immeuble place des Faons, quartier des Isards, dans lequel ils vivaient depuis plus d’un an. 170 Syriens, dont certains bébés nés ici, avaient été recensés un mois auparavant par des associations qui collaborent avec la préfecture. Une cinquantaine de personnes auraient donc disparu de la circulation.

Depuis des mois nous avions bien vu que des manigances se tramaient autour de ces réfugiés, enrobées dans un affichage mielleux de « bonnes volontés ».

Mais reprenons chronologiquement.

A la suite d’un article dans la presse locale, nous apprenons, en août 2015, que des réfugiés Syriens se sont auto-logés depuis mars/avril dans un HLM promis à la destruction du quartier des Isards (Toulouse) et qu’ils y survivent dans des conditions misérables. En particulier, leurs besoins alimentaires ne sont pas couverts. Nous nous mettons à leur recherche et, rapidement, nous avons plusieurs échanges avec eux (dont un dans notre local afin qu’ils comprennent au mieux qui nous sommes). Nous décidons de leur apporter notre soutien, à la fois en tant qu’humains mais aussi pour poser un acte politique. C’est une façon, « dans les faits », de protester contre les massacres qui se perpétuent en Syrie, contre les noyades de milliers d’Africains en Méditerranée, contre les camps de la honte qui se multiplient en Europe, c’est une façon de dénoncer l’incurie criminelle des Etats dits démocratiques. Il n’y a aucun « libertaire », « anarchiste » ou quoi que ce soit de semblable dans ce groupe de Syriens musulmans pratiquants – et il nous semble que ce n’est pas de si tôt qu’il y en aura… – aussi décidons-nous d’agir dans une relative discrétion, de façon à ce qu’ils ne soient pas « étiquetés » sous notre label, ce qui donnerait une image fausse de la situation et pourrait leur être nuisible.

Pour commencer, nous faisons le tour des associations type Croix-Rouge, Secours Populaire, Secours Catholique, Restos du cœur… échec. Comprenant que les institutions et les grandes associations ne vont pas se bouger comme ça, fin août nous lançons la campagne « Du lait pour les enfants Syriens ». Le succès dépasse nos espérances. Il y a un courant de sympathie dans la population qui nous permet d’assurer des livraisons soutenues de colis alimentaires. Notre campagne a un deuxième effet (que nous avions bien escompté) : les associations institutionnelles, en particulier le Secours populaire, commencent à intervenir et c’est fort heureux. Comme nous l’avions dit au président de l’une d’entre elles : « Vous ne pouvez pas faire moins qu’une petite organisation d’anarchosyndicalistes ».

Pendant que l’alimentaire se règle, nous apprenons dans la foulée qu’il y a des procédures d’expulsion en cours. Nous commençons à organiser la défense juridique, le premier procès étant prévu le 11 septembre. Nous sommes sans grand espoir sur ce type de défense, mais nous évaluons que, pour diverses raisons, les Syriens seront ainsi tranquilles si nous arrivons à jouer la montre tout en maintenant les positions acquises. Nous missionnons donc deux avocats rompus aux procédures. Et là, surprise, nous voyons le DAL arriver. Leur avocat a une paire de dossiers tout au plus, les deux avocats mobilisés par la CNT-AIT tous les autres dossiers. Mais le DAL occupera la scène médiatique. Il parlera dans les médias « d’insalubrité » de relogement et de CADA (Centre d’accueil des demandeurs d’asile)… C’est le discours du bailleur (qui met en avant une prétendue insalubrité) et de la préfecture (qui n’a d’yeux que pour les CADA). L’avocat du DAL fera même entrer la préfecture dans le procès en citant l’Etat à comparaitre, alors que personne d’autre ne le demande, puisque, juridiquement parlant, il s’agit d’un conflit privé entre les HLM et des particuliers. Bref, c’est tout l’inverse de notre discours : nous sommes en mesure de démontrer, en les faisant visiter et en nous appuyant même sur le gros rapport technique concernant l’électricité établi par le bailleur, que la plupart des appartements sont sains et que de modestes modifications électriques mettraient en conformité les autres. Nous voyons la position du DAL comme une sorte de « préparation du terrain ». De plus, nous constatons que, dans des manifestations type « Réfugiés, welcome », des Syriens des Isards, seront promenés, enfants et adultes, estampillés de l’autocollant du DAL… alors que nous savons combien les enjeux des différentes associations leur sont peu compréhensibles. Enfin, des rencontres avec les futurs expulseurs seront organisées… Tout est bon pour se donner de l’importance et noyer le poisson.
Mi-décembre se produit un événement clef : un appartement en parfait état va être libéré par une petite communauté religieuse. Nous avions vu précédemment qu’un appartement libéré (par une famille, convaincue par des « associatifs » quelconques de partir en CADA) avait été aussitôt détruit à coup de masse par la société HLM. Pas difficile de prévoir le sort réservé au nouvel appartement libéré.

Problème : bien que tout le monde en ait été conscient, que nous ayons prévenu de cette manœuvre, bien que des militants du DAL, des Syriens et d’autres se soient engagés verbalement à venir ; il n’y eut ce jour là sur place que des militants CNT-AIT, et pas assez en nombre pour infléchir pacifiquement le processus. Les Syriens eux-mêmes sont restés confinés dans leurs appartements, comme s’ils avaient subi quelque « amicale pression » ou quelques conseils « judicieux ». Pour nous, cet événement est le point d’inflexion de la lutte et nous comprenons que la « bataille » pour conserver ce logement collectif est perdue à court terme.

Pour mémoire, en septembre, nous avions aidé les Syriens à demander eux-mêmes la scolarisation de leurs enfants. Ce qui sera obtenu, avec quelques jours de retard sur la rentrée. Mi-novembre, les réfugiés des Isards ont manifesté publiquement leur solidarité avec les victimes des attentats de Paris. Nous avions organisé, à leur demande et avec eux, ce moment de solidarité. Fidèles à notre ligne de conduite, même si nous étions seuls avec eux ce jour-là, il n’y a ni bannière de la CNT-AIT, ni autocollants, ni militants sur la photo de l’événement, photo qui a énormément circulé sur le net et même dans les médias du fait qu’il s’est agi d’une des rarissimes manifestations de ce type en France. Seule concession : à la demande des réfugiés, les deux avocats missionnés par la CNT-AIT figurent sur le cliché. Ce sont les deux seuls non-Syriens.

Toujours en novembre 2015, nous lançons l’idée d’organiser des cours de langue française. Nous proposons aux bénévoles en contact avec nous (à la suite de la campagne « Du lait… » et de la défense du logement) de s’auto-organiser. C’est ce qu’ils font en constituant le groupe Rémisol (Réfugiés & migrants, solidarité). Problème : Rémisol ne trouve aucun local à proximité. Et là, nous voyons surgir CCPS - APESAR (Approche pluridisciplinaire ethno-psychologique des solliciteurs –sic–, d’asile, réfugiés et migrants). « Miracle », cette association dispose d’un local spacieux à quelques dizaines de mètres à peine du HLM des Syriens ; deuxième « miracle » elle se propose d’organiser des cours et, tant qu’à faire, se proclame coordinatrice des initiatives. Nous trouvons pour le moins curieux que des « spécialistes » de la demande d’asile, des réfugiés et migrants mettent plus d’un semestre à se rendre compte qu’ils en ont un groupe bien fourni sous leurs fenêtres... mais passons. Nous y organisons nos cours. Et, pendant que nous sommes les seuls à produire des documents spécifiques, bilingues, à raison d’une fiche par semaine, nous constatons dans les locaux des choses qui nous heurtent (comme des cours fermés aux femmes,…) et pas mal de confusion sur les objectifs.
Mais revenons à l’expulsion du bâtiment.

En s’auto-logeant dans un immeuble largement désaffecté, ces réfugiés avaient trouvé une solution qui leur convenait largement. Jamais nous ne les avons entendus demander un relogement quelconque. En conséquence, pour la CNT-AIT, la ligne politique était simple et claire : maintien dans les lieux. Il fallait tout faire pour que cette solution perdure et s’inscrive dans la durée jusqu’à ce qu’une solution définitive soit trouvée et éviter ainsi la succession de mesures précaires qui vient de commencer. Dans le contexte international actuel, une mobilisation soutenue sur cet objectif pouvait maintenir l’acquis. Après tout, s’ils avaient tenu une bonne année, il était possible de tenir d’avantage… Et quant à la « loi » qu’on nous avance comme justificatif, … on voit tant d’exceptions. D’ailleurs, la mobilisation de septembre autour d’eux avait conduit la préfecture elle-même à faire quelques entorses au règlement…

Ajoutons que cette solution était très peu coûteuse pour la collectivité : les appartements étaient vides et destinés à le rester. Depuis plusieurs mois ou années ils ne rapportaient rien aux HLM. L’occupation n’entraînait donc aucune « perte » supplémentaire pour le bailleur et ne coûtait rien à l’État. Le lieu était très pratique : de grandes familles à la méditerranéenne pouvaient s’y loger, facilitant la survie des uns et des autres. Il était autogéré : des familles arrivaient et quelques une sont parties librement pour rejoindre ailleurs d’autres personnes de leur famille ou tout simplement pour poursuivre leur route vers l’Allemagne. Il offrait des possibilités de stabilité à des gens qui en ont un besoin indispensable pour se reconstruire après avoir été en marche pendant des années. L’environnement était plutôt favorable (multiples possibilités de scolarisation, métro à proximité…).
Bon marché, pratique, autogéré… cela ne pouvait pas, bien sûr, convenir à l’administration. Ni à certaines associations. Aussi avons-nous vu rapidement fleurir diverses prises de position, telles que « NON à l’expulsion et OUI à un relogement en foyer d’accueil en familles à Toulouse …[faite] au nom de bénévoles citoyens et d’associations autour du réseau APESAR »1, ou « Nous militons avant tout pour que les Syriens des Isards soient relogés rapidement dans des conditions décentes et idéalement dans la région. Nous avons lancé une lettre ouverte pour interpeller le Ministère du Logement et la préfecture de Haute-Garonne. Si cela n’aboutit pas, nous lancerons des actions concrètes explique la ligue des droits de l’homme (LDH) »2, sans compter la position du DAL…

Mais pourquoi une telle obstination à vouloir demander un « relogement » pour des gens qui ne le demandent pas et s’estiment bien mieux logées que les centaines de SDF et de personnes vivant dans les taudis ? Notre réponse : pour noyer la ligne claire « Maintien dans les lieux » dans la confusion de celle d’un « Relogement digne », mot d’ordre qui sous-entend d’abord une « Expulsion proprement organisée ».

Cerise sur le gâteau, il y a eu un recensement fait, sur mission de la préfecture, par une autre association, France Horizon. D’autres associations sont apparues, la plupart fort ponctuellement.

Le 25 mai, jour de l’expulsion, un court reportage de FR3, fort intéressant à plusieurs points de vue (par exemple, parce qu’il montre le bon état des appartements) dévoile à ceux qui ne l’auraient pas compris le pot aux roses3. On y apprend que, depuis plusieurs mois, l’administration prépare l’expulsion et, selon les propres termes de la préfecture : « Nous avons essayé de tout dissiper notamment par le travail des associations, nous avons tout fait pour que la tension soit minimale ». Vous avez bien lu, l’expulsion a été préparée par « le travail » de certaines associations. On s’en doutait un peu…

La CNT-AIT quant à elle, pendant toute la durée du séjour aux Isards des Réfugiés Syriens, n’a comptabilisé personne, n’a dressé aucune liste nominative (la solidarité concrète s’est parfaitement bien passé de tout ça) et, surtout, elle n’a rien « dissipé » du tout.

Ce mercredi 25 mai, c’est donc un nouveau drame qu’ont vécu les Syriens, prévenus la veille ou l’avant-veille qu’ils allaient être délogés, obligés de faire leurs cartons en vitesse. Ils seront conduits dans un gymnase pour être à nouveau recensés (une obsession). D’après les fameuses « associations », 91 personnes ont été réparties en CADA au moins sur trois lieux différents, deux à Toulouse (La Vache et les Pradettes, ce dernier quartier à l’opposé des Isards) un à Cahors, une trentaine d’autres personnes dans deux hôtels. Et d’autres encore par-ci par-là. Par exemple, une famille sans moyen de transport a été « dignement » relogée dans un village à une trentaine de km au sud-est de Toulouse, alors que ses enfants sont scolarisés dans la banlieue nord de la ville. Mais, ceux qui nous bassinent avec « la loi », « l’intégration » vont-ils se soucier du fait que l’année scolaire et l’intégration de quelques écoliers soient ainsi cassées ?

De plus tout cela est, bien entendu, provisoire. En particulier les séjours dans les hôtels – dont on peut être déménagé à tout instant (ce qui s’est déjà produit, en si peu de temps, pour les réfugiés des Isards, jetés d’un hôtel dans un autre). Pour ceux chez qui le mot « hôtel » serait synonyme de « vacances », rappelons que vivre dans des hôtels de base (ce ne sont pas des 4 étoiles qui ont été réquisitionnés !), dans une chambre par famille avec des enfants, pendant des mois et des mois, c’est une vrai galère. Les CADA sont tout aussi instables ; on en est jeté dès que la question du droit d’asile est tranchée. De plus, ces « solutions » sont particulièrement coûteuses. Tout le monde peut évaluer, ne serait-ce qu’en gros, le coût des nuits d’hôtel. Et les CADA ne sont pas plus économiques. En fait, les fameuses CADA dans lesquelles les Syriens ont été transférés n’existaient pas. Elles ont été créées de toute pièce par la réquisition de locaux plus ou moins adaptés (bien entendu facturés au prix fort) et le recrutement d’un large personnel, bien entendu rémunéré, même si l’utilité réelle du dispositif reste à prouver4.

Bref, l’État a fabriqué du cher, du compliqué et de l’instable. C’est ainsi qu’il fonctionne, et quand les médias claironnent que l’Etat ou l’Europe a débloqué telle ou telle somme pour les réfugiés, il faut savoir que bien peu de cet argent arrive entre les mains de ceux-ci, car il s’est dilué entre toutes ces structures et association subventionnées.

Et voilà, cet épisode de l’histoire est fini. Les Syriens des Isards étaient libres de leurs mouvements, n’ayant pas besoin de rendre des comptes à quelque directeur de CADA que ce soit. Ils commençaient à trouver une stabilité, loin de la guerre et des humiliations. L’État français vient, avec la complicité directe ou indirecte d’associations et de bénévoles naïfs ou cyniques, de reprendre les cartes en main.
Reste la cinquantaine de réfugiés, peut-être les plus prudents, qui ont choisi de prendre la clef des champs…