AIRBUS NANTES : MOUVEMENT DE GRÈVE

Vendredi 26 février 2016, par cnt // Industrie

En quelques années, la part des bénéfices des actionnaires s’est envolée à Airbus.

Elle était de 1,1 milliards sur l’année 2012. Au premier trimestre 2015, les bénéfices s’élevaient déjà aux environs de 792 millions d’euros… Si nous n’avons pas encore tous les chiffres, on peut déjà affirmer que l’année 2015 à été bien meilleure que 2014 et que 2016 est déjà prometteuse. Les bénéfices enflent, mais pas assez d’après les profiteurs (pardon, les actionnaires). Leur seule question est « Comment gagner encore plus ? ». Et, les réponses à cette question sont terribles pour les travailleurs.

En premier lieu, pour ceux qui sont dans la sous-traitance. Il faut savoir qu’Airbus impose à ses sous-traitants de baisser leurs tarifs de 20 % (pour exactement la même production). Pour les ouvriers, ça veut dire qu’il faudra faire le même volume de production mais beaucoup plus vite et avec moins de collègues… L’année commence bien…

Ensuite, c’est sur ses salariés qu’Airbus fait porter l’effort en « rognant » partout. La nouvelle trouvaille, c’est de faire pointer, les ouvriers à l’aller et au retour, en bleu de travail, ce qui est une façon d’augmenter, de quelques minutes, le temps quotidien puisqu’on se change désormais en dehors des heures de travail.

Mais cette mesure, limite grotesque, a suffi à déclencher un mouvement de grève dans l’usine de Nantes. Un premier débrayage a eu lieu début février. 450 travailleurs ont dit ainsi leur ras-le-bol. Il faut espérer que ceux des usines de St Nazaire et de Toulouse sauront reprendre ce mouvement et lui donner toute l’ampleur qu’il mérite.

L’écrasement continuel des conditions de travail, ça commence vraiment à suffire !