Cette année sera pire que l’année dernière

Samedi 7 février 2015, par cnt // Divers

La nouvelle année a commencé avec du caviar pour quelques uns et la galère pour beaucoup d’autres. Pour ceux qui, parmi ces derniers, n’arrivent plus à se loger ni à se nourrir (et pour ceux qui rejoindront leurs files cette année) prenons le pari que les choses ne vont pas s’arranger.

Se loger

Le nombre de sans abris (homme, femme ou enfant vivant dans la rue...) à augmenté de 50 % depuis 2001.

En 2007 environ 250 personnes sont décédées à cause des conditions de vie de la rue (froid, manque de soins, impossibilité de maintenir une hygiène correcte, manque d’endroits offrant un peu de chaleur et de réconfort,…).

Sept ans plus tard, en 2014, on en est presque au double : 450 personnes ont été tuées par la rue, ou, pour être plus exact, par ceux qui les ont condamnés à vivre dans la rue.

Pourtant le nombre de logements vacants, n’est pas allé en diminuant, tout au contraire : selon l’INSEE, en 2007, on atteignait le chiffre astronomique de 2.014 .000 logements inoccupés. En 2014, il y en avait 600 000 de plus, soit 2.640.00 ! De quoi loger largement tous ceux qui sont dans le besoin… si on voulait.

Et pendant ce temps, les dispositifs d’expulsion de squats se renforcent, les tentes des malheureux qui n’ont que ça pour se loger sont démontées par la police, et, comble du mauvaiseté, ce noël, à Angoulême, des cages ont été installées autour des bancs. Les zélus locaux estimant sans doute qu’ils offraient un trop grand confort pour dormir à la belle étoile ! Sans compter que les municipalités (Perpignan, Béziers,… et bientôt Toulouse) ne lésinent pas sur le recrutement de flics municipaux. On nous dit pourtant que les caisses sont vides. Mais, quand il s’agit de contrôler, de verbaliser et de réprimer de cent et une façon les « marginaux » qui occuperaient « de manière excessive l’espace public » (selon les dire de l’adjoint au maire de Toulouse), rien n’est trop cher !

Quelle différence de traitement entre les SDF et les SADF (Skieurs avec domicile fixe). Il suffit que les « malheureux » SADF enfoncent un petit peu leurs bagnoles dans la neige et qu’ils soient simplement retardés de quelques heures dans leur projet minable d’atteindre les stations de ski le plus vite possible, pour que l’État déploie les grands moyens. Ainsi, en moins de 24 heures (par exemple pour la nuit de ce 27 décembre dernier), les pouvoirs publics ont été capables de trouver 15 000 places d’hébergement d’urgence, chauffées, éclairées, propres… et cela dans le seul département de la Haute Savoie. Comme quoi, quand ils veulent, ils peuvent.

Se nourrir

Toutes les 6 secondes, dans le monde, un enfant meurt de faim ou d’une maladie causée par la faim. Cette année, au moins 925 millions de personnes continuerons à souffrir de faim.

Chez nous – c’est-à-dire chez vous aussi - rien ne s’arrange. Pour donner un exemple, les Restos du cœur, débordés ont servi 75 millions de repas en 2006 et 130 millions durant l’hiver 2012. En 30 ans le nombre des repas servis a été multiplié par 15. Alors que Coluche croyait lancer une mesure provisoire… Pourtant, cette année aussi 1 300 000 000 tonnes de nourritures ont été jetées (1/3 de la production mondiale), essentiellement avant d’être arrivées sur les marchés. De quoi nourrir toute la planète… à une condition : que le capitalisme disparaisse. Car les spéculateurs qui font grimper les prix des produits alimentaires en organisant la pénurie n’ont pas l’intention d’arrêter leur activité criminelle si on ne les y force pas !