ANARCHIE, COMMUNISME LIBERTAIRE, SOCIÉTÉ SANS CLASSES

Lundi 21 octobre 2013, par cnt // Réflexion sur l’Anarchosyndicalisme

Dans le débat autour du projet anarchiste, des divergences de vues existent parfois concernant les concepts de classe sociale et notamment sa définition... Ceci est plutôt théorique, mais sans doute est-il nécessaire d’y revenir, même si cette question a été abordée dans d’autres articles de notre bimestriel [1] d’une autre manière.

Si on part basiquement de l’étymologie du terme AN-ARCHIE (AN : sans : ARCHIE : autorité/pouvoir sur), on peut résumer l’anarchie à une société sans ARCHIE et conséquemment à une société sans classes (car ARCHIE se réfère clairement à une « classe sociale » dirigeante et conséquemment implique qu’il y ait en regard une classe dirigée/soumise).

L’anarchisme est donc une théorie qui, partant du projet de société sans classe (Anarchie ou Communisme Libertaire) et de la réalité de nos sociétés divisées en classes, appelle logiquement à la lutte contre les sociétés de classe existantes, et plus particulièrement contre les classes dirigeantes.

Les classes dirigeantes sont les classes ayant tout intérêt à la reproduction de cette société de classes contrairement aux classes prolétaires/populaires qui subissent la domination et/ou l’exploitation de ces classes dirigeantes. La lutte des classes est une lutte pour la survie dans le cadre de ce système d’exploitation et de domination, classes contre classes... Le projet communiste libertaire est au delà de cette lutte. La lutte des classes dans une optique anarchiste a comme but l’abolition des classes sociales, et non sa perpétuation vers une société interclassiste / « hiérarchiste », concept que défendent les classes bourgeoises (nationales, libérales) ou moyennes (managariat, syndicats ou bureaucrates) par la réformation dans la cogestion, la collaboration, la corporation, la représentativité politique, les élections syndicales, le coopérativisme, etc.

A l’inverse, les classes Populaires et Prolétaires ont tout intérêt à trouver les moyens autonomes de leur émancipation par les luttes. L’anarchosyndicalisme qui correspond à la conception sociale, sociétale de l’anarchisme s’inscrit pleinement dans ce projet.
Patrick Merin

[1Voir par exemple : Sociologie pour le combat n°127, Les classes moyennes en crise n°128, Immigration et classes sociales n°129.