L’Anarchosyndicalisme n’est pas un élitisme

Régulièrement nous voyons venir des gens vers nous, des gens qui se disent Anarchistes, et qui luttent pour l’Anarchie. Ces mêmes gens sont souvent dans des logiques de mode de vie qu’ils définissent comme forcément Anarchiste, comme vivre seul à l’écart du monde extérieur, écouter un certain type de musique, consommer des drogues et de l’alcool, s’habiller de telle manière, etc...

Depuis que je suis militant Anarchosyndicaliste, de temps à autre un clampin, qui se réclame de l’Anarchisme, vient nous expliquer la vie, et nous accuse d’être des « beaufs » ou que la CNT-AIT ou même les CNT sont des organisations de « beaufs ».

Ces personnes viennent souvent de milieux inorganisés, ou se réclament de l’autonomie ou de l’Anarchisme individualiste ou que sais-je encore, qui après avoir lu un bouquin de Bakounine et surtout de Stirner, s’imaginent avoir tout compris de l’Anarchisme. Entre deux pétards ces gens viennent nous parler dans les tables de presse, avec toujours un air condescendant, puisque si nous nous organisons, nous sommes forcément des cons.

Ce genre de personnes, vous les trouverez aisément dans ces mouvements qui se réclament de l’Anarchisme, notamment dans les ZAD, ou les squats. Ils s’inventent une vie de militants autonomes alors qu’ils ne sont pas militants du tout, mais sont toujours prêts à faire la fête, parce que la lutte oui, mais en faisant la fête c’est mieux. Je ne sais pas ce que les gens retiennent de politique dans les concerts de rock « antifa » ou des teufs « antifa », mais personnellement quand je vais voir un concert de rock, même « antifa », j’y vais pour m’éclater, éventuellement boire une bière et ensuite je rentre chez moi. De la portée politique du spectacle que j’ai vu je n’en retire pas grand-chose, si ce n’est à bas les flics et les fachos, donc pas grand-chose.

En effet, la mouvance Anarchiste comme probablement d’autres courants révolutionnaires, a un fort potentiel à produire des prétentieux pédants, mais si ça ne s’arrêtait qu’à ça je ne me fatiguerais pas à écrire ce billet d’humeur. Le problème, c’est que surtout depuis la généralisation d’internet, nous avons droit à des petits dictateurs imbus de leur personne, qui donnent des bons points aux uns et aux autres.

Ils ont surtout une idée de l’Anarchisme assez curieuse, il se trouve qu’à la CNT-AIT il y a peu de fumeurs (c’est comme ça !), que nous ne sommes pas tellement adepte des drogues, et que nous avons une consommation d’alcool plutôt modérée. Quand ces « Anarchistes » s’étonnent de ça, et qu’ils s’étonnent encore plus que nous ne cautionnons pas ces formes d’addictions, nous avons droit au qualificatif de « réacs » ! Mais depuis quand un militant Anarchiste révolutionnaire pour être un vrai « Anarchiste révolutionnaire » doit-il boire comme un trou et consommer des drogues ? Je serais curieux de savoir d’où sort cette idée, certainement pas des milieux Anarchistes !

Faudrait-il rappeler à ces admirateurs de la bande à Bonnot (mais certainement pas admirateurs des gens qui en Espagne avaient décidé de prendre leurs destins en main, comme c’est curieux...), que cette même bande à Bonnot n’était pas eux non plus tellement fanas des addictions comme l’alcool ou la drogue ? Étaient-ils des réacs ? Il faudrait qu’ils sachent que pendant longtemps l’ensemble du mouvement Anarchiste, et de tout courant et sous-courant, se méfiait des addictions. Car, pour militer, il faut avoir la tête bien lucide !

Ce genre de trucs n’est en fait qu’un effet de style, du genre Anarchisme-mode-de-vie, je ne vois pas très bien ce qu’il y a d’Anarchiste à vivre seul dans une forêt, mais passons... Ces mêmes personnes sont aussi souvent très à cheval et surtout très radicaux (jusqu’à l’absurde même) sur l’antifascisme, le post-féminisme (les queers et cie...) et le véganisme, et à côté de ça diront que la lutte des classes serait dépassée, que le communisme libertaire serait la dictature, etc... Donc en fait ils n’ont qu’une pensée identitaire et commune, sur ce que pense la société en général de ces thèmes, c’est-à-dire une pensée bourgeoise.

Mais surtout quand on est extrêmement intransigeant sur l’antifascisme ou le post-féminisme, souvent ça cache une pauvreté et une confusion dans les analyses, puisque pour ces gens il n’y a que ces sujets qui comptent, et toute critique est évidemment interdite. Je me suis déjà fait traiter par ces mêmes personnes de masculiniste – je ne sais pas ce que ce terme regroupe en fait – pour simplement avoir critiqué l’écriture inclusive, qui est selon moi pas tellement une priorité dans la lutte féministe, ces mêmes gens qui quelque temps auparavant (vive la magie d’internet et de ses forums de discussion...), m’ont attaqué parce que je postais des vidéos de Youtube sur le rationalisme qui démontaient les théories du complot.

Mais que sont ces « Anarchistes », qui n’aiment pas le point de vue rationaliste ?! Surtout ces sujets comme le paranormal ou les théories du complot ? Pour des antifascistes de choc, ça la fout mal ! Et pour des Anarchistes révolutionnaires, ça la fout mal aussi ! Ce n’est pas parce qu’il y a des bourgeois et parfois aussi des fachos adeptes de la pensée rationaliste, que le rationalisme est une mauvaise chose. Et ce n’est pas parce que Marine Le Pen ou Christine Lagarde disent que l’eau, ça mouille que je vais dire le contraire.

Il y a aussi ce terme « beauf » qui revient un peu à tort et à travers régulièrement, ça veut dire quoi « beauf » ? « Beauf » comme beau-frère ?? Tous les gens qui n’ont pas le même mode de vie qu’eux, et les mêmes idées qu’eux sont des « beaufs » ! Ok, donc si ça s’imagine être au-dessus de la mêlée, ça commence mal. Mais ce que j’ai remarqué aussi, c’est que ces mêmes gens sont souvent des squatters, des RSAistes assumés et revendiqués, alors « beauf », ça désigne qui ? Les Bourgeois ? Les prolétaires ? Les gens en général qui vivent pas comme eux ?

Dans la gauche bourgeoise genre Charlie Hebdo ou Hara-Kiri le beauf est toujours quelqu’un aux idées bien arrêtées, borné, étroit d’esprit, réac, parfois facho mais toujours un con, et souvent c’est un personnage de milieu populaire, le fameux « beauf » de Cabu, c’est souvent un ouvrier, un routier, un barman, rarement un bourgeois, je n’invente rien. Donc ces gens soi-disant « Anarchiste-Révolutionnaire », soi-disant « autonome » ont une idée bourgeoise des classes sociales. Choisissent volontiers d’être pauvre économiquement en espérant de toucher le RSA à vie, mais méprisent les caissières de supermarché qui gagnent à peine le SMIC ! Choisir de vivre dans la pauvreté, pour ensuite donner des leçons c’est un truc de bourgeois.

Pour finir, je suis toujours très content de rencontrer ces authentiques Anarchistes, c’est pour moi quelque chose d’extraordinaire, des gens qui réussissent à vivre comme des Anarchistes, dans une société capitaliste, hiérarchisée et dont personne n’a vraiment le choix.

En réalité ces gens-là ne sont pas plus Anarchistes que vous et moi, puisque nous sommes pratiquement tous obligés d’aller bosser pour pouvoir subsister à nos besoins, comme payer nos loyers, notre bouffe, nos vêtements, donc que nous le voulions ou non, nous participons tous à l’économie capitaliste, ce qui fait de nous des capitalistes malgré tout.

Personne n’y échappe, à moins d’aller vivre loin dans une tribu reculée de la forêt amazonienne ou carrément vivre sur la planète Mars, nous n’y échappons pas. Et vivre au fin fond d’une forêt ne fait certainement pas de nous des Anarchistes, bien au contraire, l’Anarchisme et en particulier l’Anarchosyndicalisme, c’est de vivre en société avec ses contemporains et de lutter avec les « vrais » gens, parce que ce sont les « vrais » gens, qui sont concernés par ce qu’ils vivent tous les jours, et ce sont les « vrais » gens aussi qui feront la révolution sociale et libertaire, pas les gens qui par leur mode de vie s’imaginent au-dessus de la masse.