Les conditions de travail dans les grandes surfaces à l’exemple de Mercadona

Jeudi 5 octobre 2006, par cnt // Agenda du syndicat de Toulouse

Depuis six mois le personnel du Centre logistique de Sant Sadurni d’Anoia (Espagne) qui assure l’approvisionnement des 146 supermarchés Mercadona des régions de Catalogne, de Valence et d’Aragon est en lutte. Les travailleurs se sont mis en grève pour dénoncer la répression syndicale à l’intérieur de l’entreprise, l’attitude raciste, xénophobe, de chefaillonerie omnipotente de la direction et la précarité de leurs conditions de travail.

Ils se sont heurtés à une répression sévère : licenciement, intimidations allant jusqu’au tabassage, il y a peu, d’un des membres du comité de grève. Malgré cela la détermination des grévistes reste forte, largement soutenus par la population, et ils sont depuis septembre en grève perlée illimitée !

En France aussi les travailleurs de la grande distribution sont confrontés aux mêmes pressions des patrons et connaissent une précarité identique à celle des grévistes de Mercadona : heures de travail non payées, humiliations, contrôles incessants, insécurité de l’emploi, répression systématique de toute contestation ...
Dernièrement à Montbelliart, le patron de l’hypermarché Leclerc n’a pas hésité à séquestrer plus d’une cinquantaine d’employés qui effectuaient des heures de travail supplémentaires non payées lors d’un contrôle de l’inspection du travail.

Ils se sont retrouvés enfermés pendant plusieurs heures à l’intérieur d’une réserve exiguë du magasin, dans l’obscurité totale... Avec interdiction formelle de discuter ou de téléphoner sous peine de se faire licencier !

En bref les patrons, en Espagne comme en France, veulent des employés dociles corvéables et virables à merci. Leur mot d’ordre : "travaille et tais-toi".

Notre réponse : s’organiser et lutter !

Pour en débattre :Rendez-vous le Jeudi 19 Octobre à 20h30, salle du 95 Grande rue Saint Michel Toulouse