Un Autre Futur mars 2016

LE 31 MARS, ET APRES ?

Samedi 26 mars 2016, par cnt // Un autre Futur

 Travail : 5 MORTS PAR JOUR OUVRÉ !

Chaque jour ouvré (c’est-à-dire
chaque jour effectivement
travaillé), 5 personnes meurent des conséquences du
travail. C’est le chiffre officiel (donc,
probablement, bien en dessous de la
triste réalité). Pourtant, on n’en parle
jamais ! Pourquoi ? Parce que ceux qui
meurent, ne sont pas des grands patrons
du CAC 40, des DRH d’énormes entre-
prises ni des cadres super-supérieurs, et,
encore moins des députés ou des ministres... Ceux qui meurent du travail,
ce sont tous les autres, nous autres !

Quand un DRH se fait arracher la
chemise, c’est, soi-disant, un drame national. Le premier ministre passe à la télé
pour sermonner les ouvriers. Les journaleux en font des tonnes dans les commentaires. Quand un policier est tué, le
ministre de l’Intérieur accourt à ses obsèques. Mais, quand c’est un apprenti, qui
meurt dans des conditions affreuses, écrasé
par un Fenwick, la famille peut toujours
attendre que la ministre du travail vienne
pour l’enterrement. Quand un père de famille se fait arracher le bras par une presse,
quand une salariée est empoisonnée par les
produits chimiques de son entreprise, ils
peuvent toujours attendre que le premier
ministre face un commentaire à la télé...

Pourtant, qu’est-ce qui est le plus
grave : se faire arracher la chemise ou se
faire arracher le bras ? Être bloqué, à juste
titre, par des salariés qu’on vient de licencier ou mourir à 17 ans, écrasé ?
Cette différence injustifiable de traitement montre que, malgré ses beaux
discours, le pouvoir n’éprouve envers nous
qu’une seule chose : du mépris.

LES CHIFFRES

Selon les derniers chiffres de l’INSEE 2013,
le travail a tué dans l’année 1 277 personnes
 : 541 par un accident sur les lieux du
travail, 430 par une maladie contractée au
travail, 306 par un accident en se rendant
au travail. De plus, 74 393 travailleurs ont
été handicapés à vie pour les mêmes raisons
(39 078 par accident sur les lieux, 27 450
par une maladie professionnelle, 7 865 par
un accident de trajet).

1 277 morts, combien de lignes dans
les journaux ?