Un Autre Futur Septembre 2014

Jeudi 18 septembre 2014, par cnt // Un autre Futur

 NON A LA DESTRUCTION DE L’IMMEUBLE MESSAGER

Et ça continue ! Après la
destruction de dizaines d’immeubles
HLM en très bon état,
les pouvoirs publics s’attaquent
maintenant à l’immeuble
« Messager »
(Reynerie). Cela, malgré l’opposition
croissante des habitants
qui ne veulent pas être
« délocalisés ». Il est vrai que
le relogement des familles
victimes des précédentes
destructions leur sert de leçon.
Ces familles sont nombreuses
à constater (mais trop
tard) que le relogement « à
l’identique » qu’on leur avait
promis a été catastrophique :
appartements plus petits, plus
chers, charges multipliées, faiblesse des transports en
commun… Beaucoup de familles
modestes qui arrivaient
tout juste à équilibrer leur
budget ne s’en sortent plus.
La destruction de centaines de
logements sociaux à laquelle
nous avons assisté ces mois
derniers à Toulouse est particulièrement
scandaleuse alors
que tant de gens sont à la rue
ou vivent en bidonville ou
autres logements insalubres
et surpeuplés. Le sinistre Vals
vient d’annoncer une relance
de la construction en pulvérisant
la loi Duflot. Il n’a pas
pensé qu’il pourrait commencer
par bloquer la destruction
des HLM !
L’acharnement mis à détruire
des logements sociaux donne
la mesure du mépris que les
pouvoirs publics ont pour les
plus pauvres de notre société.
A nous tous de relever la tête,
de nous opposer aux destructeurs
et d’exiger des conditions
de vie dignes pour
chacun !

Pour en savoir plus :
ouvriersgensdici.free.fr/

Sur ce site – Journal Anarchosyndicalisme ! n°140 :« Grand
projet de ville, arme de destruction massive de logements sociaux
 »

 Recette officielle pour fabriquer des SDF :

1/ Prenez un immeuble
normal, si possible en
excellent état.

2/ Videz-le de ses habitants,
arrachez les portes, fenêtres
et façades. Mettez les
habitants restants sous
bache plastique blanche.
3/ Réduisez l’ensemble en
gravat à coup de pelle
mécanique.

4/ Etonnez-vous que
des familles soient
encore à la rue et
déclarez d’un ton
peiné "nous n’avons
pas encore de
logement pour loger
les familles".

 Le chiffre du mois : 15

c’est le nombre d’enfants que
l’absence de logement a tué l’an
dernier en France. Leur
moyenne d’âge était de 4 ans,
certains n’étaient même que des
bébés. Ceux qui ont mis ou laissé
ces familles à la rue ne risquent
rien : l’infanticide passif d’enfants-
SDF ne trouble pas les
« pouvoirs publics ».
[Rapport « Dénombrer et décrire. Améliorer l’exhaustivité
et la description des personnes SDF
décédées en 2013 », publié en 2014.
http://www.mortsdelarue.org/]