BORDEAUX RIFIFI A L’INSPECTION DU TRAVAIL

Lundi 7 avril 2014, par cnt // Actualité

Il peut arriver à tout un chacun de recevoir un courrier qu’il juge déplaisant mais qui est sans autre conséquence. Généralement, on met ça à la poubelle, point barre. Pas à Bordeaux, pas à l’inspection du travail, pas à la CFDT. Un contrôleur du travail, adhérent à l’un des groupe qui, en France, se réclament de la CNT sans être membre de celle-ci est poursuivi au pénal par la dite CFDT.

Son crime  ? Avoir envoyé en interne un mail (avec une photo des accords de Munich) protestant contre la participation de cette centrale aux négociations dites réforme Sapin. «  Diffamation non publique  », que ça s’appelle. Ceci dit, les faits sont si peu graves que la condamnation maximale encourue (une simple contravention, comme pour un stationnement irrégulier) n’est que de 38 euros.

Par contre, ce qui est très grave, c’est que quelqu’un soit pénalement poursuivi pour avoir fait une critique aussi banale et aussi légitime, c’est qu’un syndicat poursuive un syndicaliste parce qu’il n’est pas d’accord avec lui pour une question liée à l’activité professionnelle, c’est qu’un salarié modeste soit contraint à faire des frais d’avocat importants, c’est que la liberté d’expression soit piétinée. Nous dénonçons clairement ce comportement inadmissible.