PIGEONS ? NON, VAUTOURS !

Dimanche 23 juin 2013, par cnt // Economie

Partout en Europe depuis une dizaine d’années, face la « crise », celle que l’on nous rabâche à longueur de semaines, de mois et d’années, celle qui fait que les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres, la réponse des gouvernements est l’austérité, celle des patrons la compétitivité et celle des deux, l’exploitation éhontée de millions de travailleurs.

Ce qui rend les choses encore plus insupportables, c’est le concert des lamentations. Non pas qu’on entende beaucoup les salariés se plaindre : leur parole est passée par pertes et profits. Ceux que l’on entend, ce sont les patrons ! Quand ils ne sont pas tellement écrasés d’impôts qu’il ne leur reste, disent-ils, que l’émigration (comme la noblesse en 1789), ils répètent en boucle que les 35 heures tuent leurs entreprises, sans parler des charges sociales qui les étranglent, et des salaires exorbitants qu’ils doivent verser à leurs travailleurs. Bref, ils ne seraient que d’innocents « Pigeons » dont on rognerait sans cesse les ailes. En fait de « Pigeons », un simple coup d’œil sur la réalité montre qu’on est plutôt en face de « Vautours » et que nous sommes les « Dindons » de la farce. Que chacun en juge. Voici les fortunes (connues) de quelques-uns de ces « malheureux » :

1/ Liliane Bettencourt : 30 milliards

2/ Bernard Arnault (LVMH) : 29 milliards,

3/ Gérard Mulliez et sa famille (Auchan) : 18 milliards,

4/ Dassault : 9 milliards,

5/ Robert Peugeot : 1 milliard.

6/ etc., etc.

Pendant ce temps, «  Madame Dupond  », cette personne assoiffée du sang des «  Pigeons » (c’est –à-dire vous et mois), empoche royalement 9,43 euros (brut) de l’heure (si elle a la chance de travailler et d’être au Smic), soit, pour un plein temps, la somme impressionnante de 1 430,22 euros brut par mois. Et comme il faut bien qu’elle paye ses charges sociales, il lui reste en net 1 120.43 euros pour vivre tout un mois. Par rapport à l’an dernier, la hausse du Smic (dénoncée à grand cris par le patronat comme exorbitante) lui a rapporté exactement 2,14 euros de plus par mois. Pendant ce temps, pour la seule année 2012, Mme Betten-court a empoché 6 milliards de plus. Alors, il est où, le scandale, Mesdames et Messieurs les Vautours ?

La France n’est pas seule. Dans le monde, le nombre des milliardaires atteint cette année un nombre record. Outre ceux qui planquent leur pognon de façon à ne pas se faire connaître, on décompte à ce jour au moins 1 426 milliardaires, dont 210 nouveaux par rapport à l’année dernière. Bingo ! Ces ultra-riches qui détiennent 5 400 milliards de dollars ne connaissent pas les frontières. Ils sont 442 aux États-Unis, 386 en Asie-Pacifique, 366 en Europe, 129 en Amérique du Sud et enfin 103 au Moyen-Orient et en Afrique.

 lutte contre le chômage ? non, lutte contre les chômeurs et les travailleurs

Contrat première embauche, contrat nouvelle embauche, contrats jeunes, modifications incessantes de la réglementation du travail (mais toujours en défaveur du salarié), baisse des charges, hausse du temps de travail, évasion fiscale, travail gratuit le lundi de Pentecôte, restriction budgétaires, privatisation de la poste, de la SNCF, des télécom, de l’Aérospatiale, appelée aujourd’hui Airbus et vendue une bouchée de pain à Lagardère… et puis vote à «  gauche  » (PC, Verts, gauche de la gauche, PS,…), «  action syndicale » (CGT, CFDT, SUD…), résultat : elle est où la différence avec la mafia précédente ? 3,22 millions de chômeurs (en augmentation encore ce trimestre : 40 000 de plus, une broutille), Smic et point des fonctionnaires bloqués, nouveau coup de rabot annoncé sur les retraites (jusqu’à leur privatisation totale), attaques contre la sécurité sociale, contre les 35 heures…

En Espagne, les choses sont un peu plus « avancées » si l’on peut dire. Cela nous donne une idée de ce qui nous attend. Santé, éducation, logement… les attaques contre les conditions de vie des travailleurs, chômeurs, étudiants ou retraités sont incessantes  : baisse des salaires des fonctionnaires (2010), augmentation des impôts (2011, 2012), réduction des dépense publiques (2013)… chaque «  nouveau plan » enfonce un peu plus la population.

Ne parlons même pas de la Grèce. Constatons que chaque fois que les gouvernements donnent un tour de garrot supplémentaire, chaque fois qu’ils précipitent un peu plus la population dans la misère, les autres gouvernements, «  l’Europe  », les banques les félicitent (tout en regrettant que les mesures n’aillent pas assez loin). Ici aussi, quelques chiffres s’imposent.

Des années 1980 à nos jours, le PIB (Produit intérieur brut) de l’Espagne a été multiplié par 8 et celui de la Grèce par 5. Avec ses imperfections, le PIB est un des indicateurs économiques de l’activité de production les plus utilisés. Globalement, les deux graphiques reproduits dans l’encadré montrent que les travailleurs d’Espagne et de Grèce ont produit respectivement 8 et 5 fois plus de richesses qu’ils n’en produisaient 30 ans en arrière. Logiquement les conditions de vie des travailleurs espagnols ou grecs auraient dû s’améliorer dans les mêmes proportions ! Au lieu de cela, c’est à une épouvantable régression (qui en a ramené plus d’un au niveau de vie des années 1920/30) qui leur est imposée. L’explication de ce «  miracle économique inversé  » est simple  : une minorité d’exploiteurs accapare honteusement la production de tous.

 En France, comme en Espagne ou en Grèce, c’est une austérité sans fin que les vautours ont programmée

Il est plus que nécessaire de se défendre, et ce n’est pas seulement en disant «  non » à l’austérité que nous ne l’aurons pas ! Il faut un peu de jugeote, car les Vautours font tout ce qu’il faut pour tromper les gens. D’un côté, ils font mine de lutter avec une fausse opposition (les syndicats et le gouvernement « de gauche ») qui est dans la réalité leur meilleur complice, de l’autre, ils suscitent (en les finançant directement ou indirectement) le repli identitaire et autres mouvements réactionnaires (religieux,...) et ils entretiennent un discours déprimant (« Rien d’autre n’est possible ») qui pousse les plus fragiles au suicide.

Face au pillage (affublés des noms d’austérité et rigueur), face à la confusion, il y a des valeurs à défendre sans relâche, des valeurs plus humaines  : le respect de l’autre, l’entraide, la solidarité. Aux cours de ces dernières années, nous avons vu des populations se soulever pour la Liberté et virer des dictateurs. Nous avons vu des milliers d’indignés, de révoltés, dénoncer ce système totalitaire, affirmer que nous ne sommes pas en démocratie puisque les puissances d’argent commandent tout. Des assemblées populaires se sont multipliées, des collectifs et des comités de lutte se sont créés, ...

Tout cela est très imparfait, tout cela est sujet à des hauts et des bas, des avancées et des reculs, mais ce qu’il y a de nouveau et de positif ces dernière années, c’est que de plus en plus de personnes comprennent que l’Etat, le gouvernement, les partis de « gauche » (et ceux de droite et d’extrême droite), les syndicats institutionnels et autres élus ne sont pas au service des classes populaires mais à celui des parasites milliardaires qui entassent des fortunes en nous réduisant chaque jour d’avantage à la portion congrue. Tout cela est porteur de résistance populaire autonome, tout cela est porteur d’auto-organisation, tout cela est porteur de changements profonds. A chacun d’en « mettre un coup » dans toute la mesure de ses possibilités.

M.

 « TOP 20 » des bénéfices « déclarés » (en milliards d’euros) :

  1. Gazprom : 44,46
  2. Exxon Mobil : 41,06
  3. Industrial & Commercial Bank of China : 32,21
  4. Royal Dutch Shell : 30,92
  5. Chevron : 26,90
  6. China Construction Bank : 26,18
  7. Apple : 25,92
  8. BP : 25,70
  9. BHP Billiton : 23,65
  10. Microsoft : 23,15
  11. Vale : 22,89
  12. Petronas : 21,92
  13. Volkswagen : 21,43
  14. Ford Motor : 20,21
  15. Petrobras : 20,12
  16. Bank of China : 19,21
  17. J.P. Morgan Chase & Co. : 18,98
  18. Agricultural Bank of China : 18,86
  19. American International Group : 17,80
  20. Total : 17,07

 LE QUIZZ DU PIB

La prochaine fois que votre patron vous expliquera que votre productivité est trop faible (sans compter les 35 heures, et patati patata) et que donc vous lui coûtez trop cher, demandez lui comment à évolué le PIB en France ces trente dernières années.

Réponses possibles :
- Il n’a fait que diminuer, c’est dramatique,
les pigeons n’ont plus de plumes,
- Couci-couça, mais pas assez pour
vous accorder la moindre augmentation,
- Il a été multiplié par quatre, et alors,
il est où le problème ?

RÉPONSE :

Ramené en euros courant, le PIB de la France, qui se montait en 1981 à un peu plus de 500 milliards atteignait en 2011 la somme de 1996 milliards, soit, pratiquement, un quadruplement. Votre salaire n’a certainement pas quadruplé, lui