Un Autre Futur mai 2013

Mercredi 8 mai 2013, par cnt // Un autre Futur

 LE ROI DU POP-CORN

Vous ne le saviez peut-être pas, mais le leader européen du pop-corn est une entreprise de Midi-Pyrénées, plus exactement gersoise. Nataïs, c’est comme ça qu’elle s’appelle. Occupant une niche économique pratiquement sans concurrence, cette entreprise engrange tranquillement un chiffre d’affaire qui devrait atteindre 30 millions d’euros cette année et laisser de gros bénéfices. Tout comme Véolia ou Alstom, elle affiche une politique humaniste… Voici quelques mois, n’arrivant pas à faire appliquer leur convention collective, les salariés se sont mis spontanément en grève. Et, comme ils avaient pris soin de tenir à distance dans les négociations le seul syndicat (à l’époque) de l’entreprise (la CGT), ils ont très rapidement emporté ce qu’ils voulaient (et que la convention collective prévoyait), le 13e mois. Depuis, plusieurs grévistes non-encartés à la CGT ont été licenciés, les uns après les autres, sous des prétextes divers. Mais le combat se poursuit. Un site d’information a été ouvert par les salariés. Cela a fortement déplu à la direction qui en a traîné trois devant le tribunal correction d’Auch en les accusant de diffamation alors qu’ils ne disaient que la vérité.

Pour une fois – et c’est suffisamment rare pour être souligné -, c’est Nataïs, son PDG en personne et son DRH qui ont été condamnés pénalement pour abus de procédure. Ce n’est qu’un premier round. Il y a tout un combat autour de l’utilisation du diacétyle (un produit très dangereux pour les ouvriers), autour des conditions de travail et autour des licenciements que nous jugeons parfaitement abusifs. Les travailleurs de Nataïs ne se laissent pas faire. Ils ont raison. Ils ont besoin de votre solidarité. Ils vous fourniront toutes les informations et explications utiles lors des deux premières réunions de solidarité que la CNT-AIT organise à Montauban et à Toulouse (voir l’Agenda)