L’ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL UNE ATTAQUE FRONTALE

Dimanche 7 avril 2013, par cnt // Collection actuelle

  Sommaire  

 PARTIE II

« Renforcer l’information des salariés sur les perspectives et les choix stratégiques de
l’entreprise pour renforcer la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences »

Présentée par les syndicats comme la plus grosse ou la seule avancée, c’est selon, cette
partie comporte 6 articles. Voici la destruction de quelques mythes qui ont la vie dure. Mais avant
tout, rappelons que la représentativité syndicale n’est en aucun cas une avancée sociale pour les
travailleurs-euses.
Ces articles renforcent le droit des syndicats : la signature d’un seul suffit
entériner les licenciements. Quand il n’y a pas de syndicats, un salarié, pour représenter les
travailleurs-euses, doit avoir accord... d’un syndicat. Il lui suffit de s’affilier à un syndicat
représentatif dans la branche, et créer une section syndicale fantôme.

Bref, c’est une avancée...
syndicale. Mais en aucun cas une avancée pour nous, travailleurs-euses. Rappelons-nous
l’automne 2010 et la lutte des retraites. Ces articles entérinent définitivement la collaboration de
classe : c’est à dire que les syndicats institutionnels et les patrons, main dans la main, la bouche en
coeur, s’uniront dans une union sacrée contre les travailleurs-euses. En fait, ça change pas, ça
empire. Bref, ce passage de la loi est finalement plus facile à combattre : si on s’organise sans les
syndicats subventionnés, nous aurons toutes les décisions entre nos mains...
 [3]

[3A ce titre, la CNT-AIT édite deux brochures « Les élections professionnelles contre le syndicalisme » à télécharger et
« Techniques de luttes », à lire en ligne