Un Autre Futur novembre 2012

Samedi 10 novembre 2012, par cnt // Un autre Futur

+

 Rues et lieux de Toulouse : Emile Cartailhac et la Galerie des cavernes

Bien que né à Marseille (1845) et mort à Genève (1920), Toulouse tient une place particulière dans la vie d’Emile Cartailhac. D’abord élève du lycée Fermat il s’inscrit ensuite à la faculté de droit. Très rapidement cependant il s’oriente vers l’étude de la préhistoire. Après de nombreux autres travaux scientifiques, il est à l’origine d’une « première » mondiale : la création de « la galerie des cavernes » au Muséum d’histoire naturelle de Toulouse (près du jardin des plantes). C’est la première fois au monde que du « mobilier préhistorique » (pour reprendre le terme technique) est exposé aux yeux du grand public. Il s’agissait là d’une avancée pédagogique et culturelle de la plus grande importance. Tous ceux qui ont pu voir cette fantastique « galerie » - jusqu’à sa disparition lors de la récente et catastrophique « rénovation » du Muséum – en ont certainement gardé un fort souvenir.

Là n’est pas le seul mérite de Cartailhac. Son honnêteté intellectuelle peut encore servir d’exemple aujourd’hui. En effet, dans un premier temps, Cartailhac fit partie de ceux –très nombreux- qui n’admettaient pas l’ancienneté des peintures rupestres que l’on venait de découvrir dans plusieurs grottes. Après avoir étudié la question à fond, Cartailhac publia un texte retentissant (« Mea culpa d’un sceptique ») dans lequel il reconnaissait son erreur et rectifiait sa position. Par la suite, il poursuivit ses travaux scientifiques jusqu’à sa mort.

Aux côtés des géologues qui ont progressivement démontré l’ancienneté de la terre (plus de 4 milliards et demi d’années), des naturalistes qui ont démontré l’évolution des espèces, Emile Cartailhac fait partie des savants qui ont démontré l’ancienneté de notre espèce, de cette espèce humaine dont nous faisons tous partie, une espèce capable de créer il y a quelques 40 000 ans des œuvres d’art qui nous touchent encore aujourd’hui.

Un vieux Toulousain