A propos des violences policières Pont Raynal (Toulouse)

Dimanche 9 avril 2006, par cnt // CPE

Jeudi 6 avril, Pont Raynal : Blocage totalement pacifique. Vers 17 heures, intervention de la police : coups de matraque, coups de godillots, arrestations... des violences très appuyées et totalement injustifiées, des condamnations en perspective... Pourquoi une telle violence policière ? Dérapage ? Bavure ? Non.

Ne soyons pas naïfs : dés que la protestation ne se limite pas à la liturgie des manifestations inefficaces, la police est violente. Son rôle fondamental est de défendre les intérêts des patrons et de l’état, d’être au service de ceux qui nous exploitent et qui nous oppriment. C’est pourquoi les "contacts", "relations", "échanges d’informations", "accords" entre les représentants de l’état (en particulier sa police) et les gens en lutte sont incompatibles.

Alors, il est grand temps de poser la question de l’intersyndicale : que font toutes ces organisations, groupées autour de l’UNSA-Police et autres syndicats de flics (CGT-Police, FO-Police, CFDT-Police...) ? Est-il étonnant que toutes les actions qui pourraient être efficaces capotent dès que l’intersyndicale y participe ? Est-il étonnant que la police soit informée dans le détail des actions prévues, qu’Auchan soit fermé avant que les manifestants arrivent, que les salariés de l’aérospatiale soient invités, par mel, par les syndicats à arriver en avance au travail pour éviter le blocage décidé par l’AG, ... ? Est-il étonnant qu’après plus de deux mois de lutte, l’intersyndicale n’ait toujours pas appelé à la grève générale sur Toulouse ? Tirons les conclusions qui s’imposent.

Collectif CPE : Chômeurs, Précaires, Etudiants.