Logement un droit bafoué en permanence

Mercredi 14 mars 2012, par cnt // Squatt/Logement

 Une expulsion sauvage de plus

Jeudi 1er mars, une vingtaine d’habitants du 5 rue Goudouli à Toulouse
ont été évacués par la force en toute illégalité. C’est aux alentours de 6
heures du matin qu’une trentaine de policiers a fait irruption, bloquant la
rue et défonçant la porte d’entrée à grands coups de bélier, réveillant des
voisins.

Une vingtaine de sympathisants et de voisins sont venus soutenir spontanément
les expulsés. 21 personnes ont été arrêtées et auditionnées au
commissariat, 19 d’entre elles ont refusé le prélèvement d’ADN.
Ce lieu, qui était inoccupé et ne servait à rien depuis deux ans avait
été réquisitionné par le CREA et deux familles avaient pu se loger grâce
à ça...

La police municipale de la mairie socialiste organisait le jour même un
« Échange et une Rencontre avec les citoyens » sur la place Arnaud
Bernard. Une des délogées est allée leur demandait ce qu’ils en pensaient.
La seule réponse : « Si vous avez quelqu’un à dénoncer… ». Pourquoi, la
police n’est pas capable de savoir toute seule qui sont les expulseurs ?
C’est d’une récidive qu’il s’agit. Le 25 février le « Plan grand froid »
venait à peine de se terminer… mais le froid « normal », celui pour lequel
il n’y a pas de « Plan », était toujours là, il n’y avait plus d’abri pour ceux
qui en ont le plus besoin. Des personnes dites SDF et des gens du CREA
ainsi que d’autres gens avaient alors réquisitionné un autre lieu (à l’ancien
Palais de congrès). Une expulsion très violente s’en est suivie. Trois 3
personnes étant arrêtées et ont passé la nuit au commissariat -certes à l’abri,
mais ce n’est pas de celui-là dont veulent les SDF et les familles à la
rue.

Henri

LE CREA

Alors que l’on ne nous parle que de crise,
alors que l’on ne nous parle que d’économie,
de richesses et de CAC 40, sans oublier la
touche du « changement » qui ne changera
rien (les élections)… En cette période de froid
ou beaucoup de personnes sont toujours sans
abri, voici des lieux de vie ou s’échange, ou se
partage tout ce qui semble bon et donc tout ce
dont on a envie, que cela soit du temps, une
discussion, un atelier, un débat, un coup de
main… Des lieux où on se mélange, où l’on
pratique l’autogestion. Des lieux ou les enfants
s’amusent et s’éduquent au milieu d’adultes, où
chacun leur apporte un peu d’attention. Où
des familles sont bien au chaud alors que le
gouvernement les laisserait dehors. Ces lieux,
sont ceux ouverts par le CREA( Collectif
pour la réquisition, l’entraide, et l’autogestion).
Ces lieux donc (qui ne coûtent rien à l’Etat,
qui ne coûtent rien aux contribuables) et les
gens qui y habitent, ne demandent qu’une
chose : qu’on les laisse tranquille. L’Etat, lui,
ne leur demande qu’une chose « Dégagez,
tous dehors » ! C’est ça, la république !

X