Un Autre Futur novembre 2011

Mardi 18 octobre 2011, par cnt // Un autre Futur

+

 La gauche s’est trahie… une fois de plus

Ça y est la gauche s’est trahie… une fois de plus. Ils ne reviendront jamais sur la retraite à 62 ans à l’inverse ce ce qu’eux-mêmes et les syndicats ont essayé de le faire croire pour mettre fin à la colère populaire lors du mouvement des retraites en 2010. C’est Manuel Vals qui, à la faveur des primaires, a vendu la mèche. Et le « conseiller retraite » de François Hollande a confirmé : non seulement ils ne reviendront pas sur les 62 ans mais, en plus, ce proche de Hollande s’est dit en faveur d’un allongement à... 65 ans. Hollande a affirmé ne pas être d’accord avec son « conseiller »… il nous prend vraiment pour des ânes !

De leur côté, les syndicats font semblant de s’agiter sur le nouveau plan d’austérité du gouvernement et la nouvelle réforme des retraites qui se profile : le dénommé Sarkozy a décidé que 62 ans c’était encore un peu jeune pour prendre sa retraite alors il a pensé que deux ans de plus au turbin ça serait légitime… tout juste la même « idée » que le « conseiller retraite » de François Hollande. On comprend que cela arrangerait bien les syndicats si cette mesure était prise par Sarkozy dans les quelques mois avant les élections, comme cela le bon « François », s’il était élu, n’aurait pas à prendre une mesure aussi anti-sociale, juste à nous expliquer que, malheureusement, il ne pourra pas revenir en arrière. On comprend pourquoi leur « lutte » contre cette nouvelle mesure ne va pas être trop active !

Quoiqu’il en soit, le mot est lâché, l’austérité. Voilà ce qui t’attend cher lecteur, toi qui gagne un salaire outrageusement haut de 1000 euros ou moins. A l’image de la Grèce, attends toi à ce que les politiciens bourgeois continuent à te montrer du doigt comme si tu étais un affreux fraudeur qui s’enrichit au détriment de sa « patrie ». En effet en ce moment s’enchaînent les programmes télé ou les journalistes montrent du doigt les grecs (les grecs pauvres, pas les riches on se doute bien) comme des fraudeurs compulsifs qui mettent en danger toute l’Europe à cause de leur refus de payer impôts et taxes exorbitantes… et qui ne cessent d’augmenter.
Pourtant le mouvement « On ne paye plus » n’est pas un mouvement égoïste. Au contraire, ces gens sont très lucides : ils refusent de payer constamment les erreurs de leurs politiciens qui sont les vrais escrocs dans l’affaire.

Et oui, en Grèce comme en France, le problème est le même, et ce problème, c’est le système capitaliste et ses gestionnaires. C’est lui dont le modèle détruit la planète, affame les populations et envoie la note au Peuple en fin de course. Mais en cette année 2011 on voit qu’un mouvement de fond sans précédent est amorcé sur toute la planète pour réclamer une société différente. Bourgeois de tout les pays, le Peuple est en marche.