Un Autre Futur Mai 2010

Dimanche 2 mai 2010, par cnt // Un autre Futur

 Edito :

Deux accidents du travail mortels
Le premier, même en étant sourd et aveugle , vous
n’avez pas pu y échapper : éditions spéciale , visite
et discours ministériel , visite et discours présidentiel
, parole largement donnée aux collègues et aux
représentants syndicaux dans les médias , présence
d’un chef de gouvernement étranger lors des
obsèques , promesses de répression accrue contre les
coupables , commentaires attendris dans la presse
......... Rien n’a manqué !!!

Le second , si vous en avez entendu parler , c’est que
vous êtes vraiment bien informés : pas un seul
ministre , encore moins de président , pas même un
simple sous-préfet , aucune interview des camarades
de travail sur les ondes , pas de délégation officielle
aux obsèques , impunité garantie pour les coupables ,
quelques lignes dans la presse locale.......Circulez ,
y’a rien à voir !

Pourtant , dans les deux cas , c’est bien la même
chose qui s’est produite : un homme est mort des
suites de son travail.

Oui , mais voilà , un de ces hommes était un « 
simple » ouvrier du bâtiment , l’autre un policier .
Même sans être Anarchosyndicaliste , avec cette
simple indication sur leur professions respectives ,
vous avez compris lequel n’a eu droit à rien .
L’un a été traversé d’une balle , l’autre s’est écrasé au
sol : une chute de trente mètres . Horrible , non ?
Certes , ce n’était qu’un simple intérimaire , certes ,
il portait un nom qu’un sénateur UMP pourrait juger
pas issu « du corps français traditionnel », mais
quand même , quand on voit la débauche de réactions
pour le premier , on peut estimer que le deuxième
aurait quand même pu mériter un petit quelque
chose........ comme tous les copains du bâtiment et
d’autres industries qui meurent , tous les ans , et qui
sont victimes de l’exploitation , victimes de leurs
conditions de vie , et pourquoi pas finalement eux
aussi , « victimes du devoir ».

Justement , c’est bien de ça qu’il s’agit . Les chiffres
des amis de la police indiquent que , de 1971 à nos
jours , « on peut estimer à 620 environ le nombre de
policiers français ayant trouver la mort en service » .
Un peu plus de 600 morts , en presque 40 ans , ça
fait une moyenne de 21 par an . C’est une moyenne
sur une longue période ( qui inclut manifestement les
accidents de la route .....) car les choses ont changé et
les chiffres actuels sont infiniment plus modestes : 7
morts en 2009 .

Comparons . Les chiffres officiels de la CNAM
concernant les ouvriers du bâtiment indiquent , pour
la période allant de 1990 à 2008 (je n’ai rien trouvé
depuis 1971 ) un total de 3420 morts , soit une
moyenne de 180 morts par an ....... Pratiquement 8 à
9 fois plus que les policiers si l’on prend l’hypothèse
la plus large ! Et si l’on compare la dernière année
connue pour le bâtiment ( 2008 avec 155 morts ) et le
chiffre de 7 policiers morts en 2009 , on voit qu’il y a
pas photo : 22 fois plus de morts dans le bâtiment
que dans la police . Et dire qu’aucun ministre ne s’en
est aperçu......


 Déficit public.....Des sous, encore des sous pour les patrons.

A la demande de plusieurs pays européens et leurs 180
commandes et 20 milliards à la clef, Airbus a accepté de
construire le nouveau transporteur militaire aérien
l’A400M...

Il y-a quelques mois, vu la difficulté et l’investissement que
cela coûtait à airbus, l’avionneur avait menacé d’arrêter la
chaîne d’assemblage, de mettre le projet à la poubelle et de
renoncer par la même occasion au 20 milliards.
Ce n’est pas dans l’habitude des grands patrons de cracher
sur 20 milliards, ou du moins cela ne s’est jamais vu.
Vu la pression qu’ont eu tous les chef d’états européens, ils
ne pouvaient pas rester sans rien faire.
Après de durs accords le mercredi 16 février 2010 , en plus
d’un financement supplémentaire de 2 milliards d’euros, les
pays clients ont proposé 1,5 milliards d’euros sous forme
de garanties de crédit à l’avionneur.
Du coup la menace leur a permis de gagner 3,5 milliard
d’euros.

Bon certes ils auraient aimé en avoir 5, mais c’est déjà ça,
pour le reste ils verront plus tard.
Les 20 milliards ainsi que son financement viendra de la
poche des contribuables, contrairement aux bénéfices qui
eux iront dans les poches des gros actionnaires d’EADS .
Alors qui paye, et qui bosse ???
L’argent du fisc aurait pu aller ailleurs que dans la
fabrication d’un avion qui risque de nous coûter très cher,
sauf pour AIRBUS.

Ces grands patrons ne sont que des voyous ; il ne faut pas
oublier que Noël FORGEARD ex-président d’EADS, et
Arnaud LARGARDERE actionnaire principal, s’en sont
sortis blanchis des affaires de délits d’initiés. Alors que
franchement, vendre leurs actions juste avant d’annoncer
des mauvaises nouvelles, si c’est pas être malhonnête...
Tous ces milliards donnés à ces grandes entreprises, qui ne
permettent pas de diminuer le chômage, bien au contraire,
tout comme l’argent donné aux banques ; c’est une honte !
Pendant ce temp, l’Elysée est en train de tuer le service
public pour réduire le déficit. Il est passé de 1 076,9
milliards en 2004 à 1 300 milliards en 2008 pour ce
retrouver aujourd’hui à 1 500 milliards et ça continue
d’augmenter.

SARKOZY, quant à lui, a commandé un avion A330
d’occase, qui habituellement transporte 250 passagers. Il
sera modifié à son bon plaisir et il le recevra à la fin de
l’année.

Comment dépenser plusieurs centaines de milliers d’euros
inutilement, voilà un bon exemple .
Au lieu d’attaquer le service public, ils feraient mieux
d’arrêter de gaspiller et de donner des milliards aux
entreprises qui ne permettent pas de diminuer le chômage,
bien au contraire, idem pour l’argent donné aux banques.
Malgré toutes les privatisations, malgré toutes les réformes
faites durant plus de vingt ans par tous les partis politiques,
rien n’ y fait, le déficit public ne diminue pas et la misère
sociale non plus.
Alors ils vont encore attaquer nos acquis sociaux : santé,
retraite, éducation...
Ce système va mal, il ne se réforme pas, il s’abat !
Pour un vrai partage, pour plus de solidarité, une meilleure
entraide, il nous fait agir ensemble et non laisser ces
politiciens et ces patrons décider à notre place.

Ruben


 Henri, PDG à mi-temps à EDF.

Henri Proglio s’est vu attribué un double
salaire, plus que colossal, avec sa fonction de
PDG à EDF et sa fonction de président du
conseil d’administration à VEOLIA ; ’’travailler
plus pour gagner plus’’, vu le prix qu’il est payé,
je pense qu’il va devoir faire des heures sups,
mais une journée de travail ne peut dépasser 24
heures.

1.600.000 euros c’est le salaire du nouveau
PDG d’EDF, ce qui correspond,
approximativement à 180.000 heures d’un
smicard et si l’on compte en nombre d’années
cela représente 98 années de travail.
Si nous récapitulons :
La quantité de travail fourni en 1 an par Henri,
et la production qu’il est capable de réaliser est
égale à 98 années de travail d’un smicard.
Si on doit naître tous libre et égaux ( c’est ce
qu’on nous dit) , on ne vit pas tous de la même
manière.

Et comme si cela ne suffisait pas il aurait pu
toucher 450.000 euros par VEOLIA, mais vu la
polémique et suite à sa récente convocation à
l’Elysée, Henri a du renoncé à une somme
pareille pour éviter le scandale.
Bien sûr, pour les personnes haut placées dans
cette société capitaliste ; ceux qui décident de
tout sans demander l’avis de personne, pensent
que le salaire à mi-temps d’Henri est tout à fait
normal, vu toutes les responsabilités et le stress
que sa fonction peut engendrer, comme ils
trouvent tout à fait normal qu’un smicard
travaille 35 heures par semaine pour gagner à
peine 1000 euros par mois, avec l’impossibilité
de pouvoir vivre dignement.
Avoir un toit, se nourrir correctement, pouvoir
se soigner, s’occuper de ses enfants et subvenir
à leurs besoins, une société bien construite
devrait apporter ce minimum.
Mais ici, pendant que certains se posent la
question de comment dépenser leur 133. 000
euros par mois, certains se demandent comment
s’en sortir avec 1000 euros.
Ces injustices ne datent pas d’aujourd’hui, et
l’argent du contribuable participe à tout ça, car
EDF n’est pas une boite privé, du moins pas
encore.....

Et oui, je paye des impôts pour qu’Henri vive
comme un roi...

Le SMIC a quand même ’’augmenté ’’ en
janvier, il est passé de 8,82 euros à 8,86 brut de
l’heure, avec ça la vie va être plus facile, à la fin
de la journée ça fait une 1/2 baguette de pain
en plus.

D’autres augmentations viendront, nous verrons
bientôt dans nos boîtes aux lettres les nouveaux
tarifs, de l’eau, du gaz, et de l’électricité : eh oui
le nouveau PDG est gourmand !

Nos ministres dépouillent les pauvres pour
donner aux riches, Henri mange sa galette... , et
se régale sur le dos du contribuable.

Pendant combien de temps encore ?

Tant qu’on les laisse faire. Mais tout a une fin.

Jeannette


 Histoire du premier Mai

Pourquoi manifeste-t-on le premier mai ? Pourquoi
l’appelle-t-on « fête du travail » ? D’où vient cette
date ? Que cherche-t-on à nous faire oublier en
nous faisant promener ? Ce petit texte explique
l’origine historique du premier Mai .
L’obtention des 8 heures par jour était au centre des
revendications pour lesquelles les travailleurs des
États-Unis étaient décidés d’aller jusqu’à la grève
générale pour faire pression sur le patronat et le
gouvernement . Le 1er mai fut déclaré jour
international de solidarité de classe et de
revendication pour les 8 heures par les Knights of
Labour (1) . Au cours du printemps 1886 , les
ouvriers de tous les secteurs ont focalisé leurs
actions sur cet objectif et ont parfois obtenu gain de
cause dans ce domaine . Devant la détermination
des ouvriers et l’expansion du mouvement syndical
, le patronat et le gouvernement décidèrent
d’adopter des mesures de répression plus
expéditives. La fameuse affaire de Haymarket à
Chicago , événement dramatique et marquant pour
le mouvement ouvrier international , a inauguré
une ère nouvelle de répression et de résistance .
1er mai 1886 ; succès maximal. En dépit des
avertissements haineux et des prédictions
alarmistes de la presse bourgeoise , aucune émeute
n’éclata , aucune atteinte à la propriété n’eût lieu et
la manifestation pacifique des travailleurs ne se
transforma nullement en révolution . Par ce beau
samedi ensoleillé , les fabriques , les usines , et
les entrepôts furent désertés . Dans leurs plus
beaux vêtements , les ouvriers de Chicago ,
accompagnés par leur famille , défilèrent par
milliers dans les rues , sous les yeux sidérés de la
police , de l’armée et des gardes privés prêts à
intervenir au moindre trouble . La manifestation de
solidarité se déroula sans encombre et s’acheva sur
les bords du lac Michigan , où les principaux
orateurs , parmi lesquels Albert Parsons et August
Spies , prirent la parole devant la foule . Dans la
seule ville de Chicago , 80 000 ouvriers
participèrent à la manifestation et , dans tout le
pays , le 1er mai eût le même retentissement et fut
suivi avec le même enthousiasme .
Le lundi suivant , 3 mai , le mouvement de grève
continua et beaucoup d’ouvriers se joignirent aux
grévistes du 1er mai , paralysant ainsi l’économie
de la ville de Chicago . La violence des forces de
l’ordre , contenue durant la journée du samedi ,
allait éclater devant les grilles d’une usine de
machines et outils agricoles , la McCormick
Harvester Work (aujourd’hui International
Harvester Corporation ) . Ripostant à la journée de
grève du 1er mai par un lock-out massif , le
patronat de cette usine avait remplacé ses
employés par 300 briseurs de grève . A la sortie ,
ceux-ci furent pris à parti par les grévistes .
Brusquement , la police chargea l’arme au poing .
Les grévistes tentèrent alors de se disperser , mais
les policiers , sans doute déçus et exaspérés par le
caractère pacifique des manifestants du 1er mai ,
tirèrent sur la foule , abattant six hommes alors
qu’ils s’enfuyaient . Les organisateurs de la journée
du 1er mai virent dans ce massacre un fait honteux
et inacceptable qu’il fallait dénoncer publiquement .
Une manifestation fut décidée pour la soirée du
lendemain sur la place de Haymarket , non loin
d’un des commissariats de police de Chicago .
Cette soirée de protestation contre les brutalité
policières se déroula sans heurt , les orateurs se
succédant devant une foule calme . Vers la fin de la
manifestation , alors que les principaux orateurs se
succédant devant une foule calme . alors que les
alors que les principaux orateurs avaient quitté la place
, 180 policiers la matraque à la main firent irruption
parmi les manifestants , les enjoignant de se retirer
immédiatement , ce à quoi Sam Fielden , un des
organisateurs , eut le temps de répliquer que la foule
était paisible . Une bombe explosa alors au milieu des
policiers et ce fut la panique . Les policiers , dont un
fut tué et sept blessés , firent feu et la foule se rua dans
toutes les directions pour échapper à la fusillade . Du
côté des manifestants , le bilan fut également lourd ,
un mort et de très nombreux blessés . On ne retrouva
jamais le lanceur de bombe , peut-être un provocateur
. Cependant , les autorités ne prêtèrent aucun crédit à
cette version des faits . La situation , à leurs yeux , ne
comportait aucune énigme , les responsables étaient
connus : les Anarchistes . Non contents d’initier les
mouvements de grève des jours précédents et de semer
le trouble en incitant les ouvriers à manifester sur la
place de Haymarket , ils s’attaquaient directement aux
forces de l’ordre . Les autorités devaient donc réagir
vite et frapper à la tête du mouvement pour endiguer
une révolte qui mettait tout le système en péril .
Les représentants du mouvement ouvrier de Chicago ,
Albert Parsons , August Spies , Michael Schwab ,
George Engel , Adolph Fischer , Samuel Fielden , et
Louis Lingg furent arrêtés , jugés et condamnés à être
pendus , sans aucune preuve de leur culpabilité .
Parsons, Spies , Fischer , Engel furent exécutés ,
Fielden et Schwab réclamèrent la clémence et virent
leur condamnation commuée en peine
d’emprisonnement à vie . Quant à Lingg , dont la
mort reste un mystère qui n’a toujours pas été éclairci ,
il se serait suicidé dans sa cellule . Le procès des
martyrs de Chicago a inauguré le règne de la terreur
pour le mouvement ouvrier dans tout les États-Unis .
Le 1er mai 1886 ainsi que les événements dramatiques
qui ont secoué le mouvement ouvrier américain sont à
l’origine de la célébration de la fête du travail , jour
chômé et réservé aux manifestations des travailleurs .
Comme , plus tard , le cas de Sacco et Vanzetti et
l’affaire Rosenberg , le procès des martyrs de Chicago
reste un exemple de la justice à la solde des possédants
dans l’Amérique capitaliste . Les dernières paroles
d’August Spies , à ce propos, sont prophétiques : « Il
viendra un temps où notre silence sera plus puissant
que les voix que vous étranglez aujourd’hui " .
Steve

(1) Les Chevaliers du travail , organisation syndicale
Américaine


 Société malade

Dans la presse il arrive que l’on voit des faits divers ,
où les assassins sont des déséquilibrés mentaux. De
plus en plus on peut voir et lire dans la presse , que
les journalistes donnent la parole aux familles des
victimes de ces mêmes déséquilibrés mentaux .
Je me souviens d’une émission à la télé , qui évoquait
le massacre dans un hôpital psychiatrique à Pau . Où
les journalistes ont donné la parole aux familles des
victimes . Tout en laissant sous-entendre que le
malade à été interné mais que peut-être un jour il
risque d’en ressortir . Dernièrement dans un journal
j’ai pu lire un article sur l’irresponsabilité des malades
dans les affaires de meurtre , où les journalistes
donnent la parole aux familles des victimes où l’une
des phrases lâchées à été « je ne crois plus aux
psychiatres , ni aux juges « . Je viens à me poser des
questions , que cherchent t-’ils à faire passer ??
Ce que je vois venir est ni plus ni moins que le
rétablissement de la peine de mort , mais aussi et
c’est ignoble la criminalisation des malades mentaux ,
si l’un de vos proches est atteint de paranoïa ou de
schizophrénie il va falloir se méfier , car au train ou
vont les choses ils seront certainement coupable de
quelque chose avant même d’avoir commis quoi que
ce soit . La société semble ne plus tolérer ces
malades (oui je dis malades et PAS assassins) , mais
si il y a quelque chose de malade c’est bien cette
société qui pourchasse les jeunes des quartiers
populaires, exploite les travailleurs , fait la chasse
aux sans papiers, cette société semble de plus en plus
inhumaine .

Où la seule chose qui compte c’est le fric !

Pierro