GUYANE GUADELOUPE MARTINIQUE : PLUSIEURS MOIS DE GRÈVE GÉNÉRALE !

Dimanche 22 février 2009, par cnt // Actualité

Aux Antilles 95% de l’économie est détenue par les descendants des anciens
esclavagistes, protégés et engraissés par l’État. Les békés, toujours
aussi arrogants et méprisants que leurs ancêtres colons aristocrates
esclavagistes, représentent la caricature malheureusement très réelle de
tous ces exploiteurs en cols blancs que sont les capitalistes, et qui
sévissent partout dans le monde en réduisant nos vies à un enfer autant
psychique que matériel. Partout dans le monde l’esclavage continue,
vaguement dissimulé derrière le leurre du Salariat.

En quoi consiste-t-il ?

Les capitalistes nous lâchent des miettes, juste de quoi ne pas crever de
faim pour qu’on puisse continuer de trimer, de s’abîmer et de s’épuiser
pour leurs seuls profits.

Les grévistes en ont marre. Ils ont dit stop !

La propriété privée est la pierre angulaire du Capitalisme. Une petite
minorité en profite au détriment du plus grand nombre. C’est pour cette
simple raison que le Capitalisme s’oppose de manière irréfutable aux
valeurs universelles de l’Égalité, de la Solidarité et de la Liberté, qui
sont les principes fondamentaux sur lesquelles doit se construire la
société future.

Le Capitalisme est une impasse.

Un exemple parmi tant d’autres : alors que la crise mondiale fait rage,
les banques reçoivent des milliers de milliards d’euros, tandis que chaque
jour les licenciements s’accumulent et se multiplient, et plongent dans la
misère et la souffrance des centaines de milliers de personnes de plus.
Le Capitalisme et la dignité humaine sont incompatibles.

Ici comme partout, l’État est son complice.

En Guadeloupe, en grèce, en Islande, en Asie, en Afrique, en Amérique
latine et un peu partout dans le monde, le vent de la révolution
s’annoncerait-il ? Et si justement c’était le moment d’arrêter la machine,
le moment de foutre en l’air l’État et le Capitalisme, de reprendre
l’économie pour s’assurer que chacun ne manque de rien, et de s’organiser
pour devenir enfin libre !

Soyons solidaires de tous les opprimés en révolte et mettons à bas ce
système de mort et de misère, qui nous condamne à l’esclavage.

Ne soyons plus des opprimés, soyons des révolutionnaires !

Organisons nous en comités de quartiers, en comités de villages, en
comités de villes, d’entreprises, d’usines... Organisons nous en comités
de lutte sans chefs et fédérés sur le principe du Fédéralisme Libertaire.

Décidons nous mêmes de notre avenir.

À bas l’État et le Capitalisme !

Vive la Révolution Sociale Mondiale !

CNT - AIT de Montauban et sa région(82)

Pour nous rencontrer : Table de presse le samedi de 10h à 12h au marché du
jardin des plantes.

Permanences à notre local :
10 rue de la comédie (passage de la comédie) BP 158, 82001

MONTAUBAN Cedex : le mercredi de 18h à 20h, le samedi de 16h à 18h.

cnt.ait.region.montauban(chez)no-log.org