AIE CONFIANCE

Jeudi 13 novembre 2008, par cnt // Vie des politicards

"Aie confiance, citoyen, contribuable, compatriote, administré...!", voilà ce qu’ils te disent tous, en fonction de ce qu’ils vont te demander (ton vote, ton argent, ta vie, ton obéissance...). Et de la confiance, les voilà qu’ils t’en redemandent, en ce moment. Tu peux les voir, les même qui tous les jours te mentent, t’arnaquent, te mettent dans les pires situations de détresse physique, morale et financière, les mêmes qui, en maintenant le système en place, sont à l’origine de la crise permanente et de ses conséquences désastreuses, ils te la demandent tous, en te regardant droit dans le téléviseur et sans sourciller, ton indispensable confiance.
Et toi, la leur accorderas-tu cette confiance ?

Toi, à qui ils ont déjà fait le coup du nuage de Tchernobyl contournant méticuleusement les frontières de notre hexagone ; toi à qui on a camouflé l’épouvantable génocide rwandais pendant qu’il se commettait ; à qui on a démontré, en long, en large et en travers que les privatisations c’était un bien meilleur service rendu pour un moindre coût ; à qui une ministre, grande par la taille, est venue en personne expliquer que l’augmentation des prix n’était qu’une impression et qu’au contraire ton pouvoir d’achat ne cessait d’augmenter ; à qui un autre ministre, le premier par la fonction, a déclaré il y a peu que les caisses publiques étaient vides et qu’il fallait te serrer la ceinture ; ... et tant d’autres mensonges certifiés "vérités d’État" !

Te laisseras tu berner par leur discours tout à coup retourné, proclamant haut et fort l’inverse de ce qu’ils te maintenaient hier avec la même outrecuidance ? Ils vont, disent-ils, reprendre l’économie en main, balayer les quelques financiers malhabiles fauteurs de troubles, moraliser le capitalisme, réguler la situation. Comme s’ils ne venaient pas de démontrer que tous les Etats étaient au service d’une seule classe, la classe dominante ! Comme si les Etats (même les soi-disant libéraux) s’étaient abstenus d’intervenir, de mille manières, dans les processus économiques pour favoriser des intérêts particuliers. Comme si banquiers et politiciens n’étaient pas une seule et même famille d’intérêts !

Penses-y. Le simple fait qu’ils mettent tant d’énergie à réclamer ta confiance prouve qu’ils ne la méritent pas. Auraient-ils besoin de te la réclamer, si leur système était tout simplement acceptable ? S’ils te supplient tant de la leur accorder, c’est qu’ils en ont besoin. Seule ta soumission volontaire fait leur force.
Je te le dis, il y a une personne en qui tu peux avoir confiance : c’est toi. C’est toi qui doit reprendre ta vie en main sans la laisser au pouvoir des professionnels de la politique qui la broierons pour en tirer tout le jus à la santé du Capital. C’est toi qui aujourd’hui doit reprendre confiance en ta capacité à agir sur ta vie, en ta capacité de t’associer à ceux qui, comme toi, ne récoltent que les miettes. Car c’est nous qui sommes les bâtisseurs de toutes les sociétés et c’est aussi nous qui sommes à même de mettre à bas celle-ci pour en rebâtir une autre. C’est sur ta propre force, ton imagination, ta volonté, ta capacité d’association, ta puissance génératrice de sociétés que tu dois compter pour briser tes chaînes.

Tu n’es pas seul. C’est par milliards que se comptent les exploités sur cette planète. Si tu en prends conscience, d’autres en prendront conscience avec toi. Si tu dois avoir confiance, aie confiance en toi et en tous ceux qui se mettent en marche.

Ton voisin