Pologne : conflit hostel24

Depuis début décembre, la section de l’Association Internationale des Travailleurs en Pologne (ZSP-AIT) est impliquée dans un conflit avec l’auberge de jeunesse HOSTEL24 à Bydgoszcz.

Quelques dizaines de travailleurs ont été trompés par le patron et ils ont déjà organisé trois manifestations : deux à l’auberge et une devant la maison du propriétaire.
Le ZSP-AIT continuera de se battre, non seulement pour récupérer l’argent, mais aussi pour empêcher l’employeur d’abuser d’autres travailleurs. Il s’avère que de nombreuses personnes qui travaillaient à l’HOSTEL24 n’étaient simplement pas payées et ce manège dure depuis au moins 5 ans. Nous ne connaissons pas encore toute l’étendue de l’escroquerie, mais au moins 30 anciens travailleurs se sont manifestés et ont contacté notre syndicat.

Actuellement, tous ceux qui y ont travaillé mais qui n’ont pas été rémunérés ont démissionné. Mais nous nous battons pour obtenir le paiement du travail effectué et pour permettre à d’autres victimes potentielles de prendre conscience du mode de fonctionnement de cette "entreprise".
L’auberge employait des travailleurs via plusieurs sociétés écran différentes. Fondamentalement, le couple des propriétaires utilisait frauduleusement la responsabilité juridique en embauchant le salarié via une autre entreprise que l’auberge, puis mettait cette entreprise en faillite avant d’en créer une autre pour embaucher d’autres salariés et remplacer ceux qui avaient démissionné et qui donc n’étaient également pas payés … et ainsi de suite.. .

Quand les travailleurs se plaignaient que l’HOSTEL24 leur devait de l’argent, l’avocat louche de l’auberge leur répondait que celle-ci ne leur devait rien car elle n’était pas l’entité légale qui les avait employés – que du bla bla...
Lorsque de nombreux travailleurs ont obtenu des décisions de justice selon lesquelles les propriétaires d’HOSTEL24 leur devaient de l’argent, ils ont fait semblant de ne plus avoir d’argent, d’avoir fait faillite et ont modifié certaines dispositions légales, etc.

Entre-temps, l’auberge a toujours réussi à trouver des personnes qui ne connaissaient pas ces pratiques, par exemple des étudiants ukrainiens recrutés par le bureau des carrières de l’Université.

Espérons que cette situation va maintenant changer et que les gens comprendront qu’ils ne devraient pas y travailler pour ces escrocs. Les problèmes auxquels les travailleurs ont été confrontés montrent que le système juridique polonais ne les protège pas. Les travailleurs ont alors décidé de s’auto-organiser et de prendre des mesures pour forcer les patrons à payer.
Jusqu’à présent, il s’avère que les propriétaires se sont sentis très confiants dans leur capacité à tromper les gens et à s’en tirer. Les voisins du patron affirment qu’il le fait depuis longtemps et qu’il a une longue histoire d’abus, même dans sa propre famille.
Il s’avère que les travailleurs n’ont pas affaire à une personne normale mais à un type de sociopathe, ce qui rend la question plus difficile mais plus nécessaire encore.

Une autre manifestation est prévue ce week-end. En attendant, l’auberge a publié des menaces sur sa page web, revendiquant toutes sortes de conneries, niant qu’elle doit de l’argent, etc. etc.
Mais ces escrocs ne font peur à personne ! Nous sommes dégoûtés des actions de ces propriétaires et cette exploitation doit cesser immédiatement !
Continuez à vous battre et ne laissez jamais le patron vous intimider !

D’après un communiqué du ZSP-AIT