Le salariat et ses consèquences

"Usine à la campagne", "small is beautiful", "P.M.E. à visage humain", ̈start-up
conviviale"..., durant les dernières décennies, les promoteurs du libéralisme nous
affirmaient que le monde économique serait composé de petites unités décentralisées et conviviales. Mensonge et imposture, nous sommes en fait dans une étape historique qui est le contraire des discours lénifiants. Nous sommes entrés dans une période d’accélération des fusions, des rachats, des absorptions. Les mêmes promoteurs du libéralisme qualifient cela de globalisation nécessaire pour faire face à la compétition économique internationale.

Cette globalisation est largement entamée pour la construction et le transport aérien, l’industrie pharmaceutique, l’informatique, les produits bancaires... et demain, même chose pour l’automobile, les télécommunications etc... Le capitalisme est en train de constituer des conglomérats universels qui n’ont rien à envier aux anciens combinats des temps anciens du capitalisme sauvage ou d’État. La compétition va être féroce. Que pèseront les fournisseurs de travail, c’est-à-dire les salariés, c’est-à-dire nous ? Peu de chose, ou plus exactement un paramètre, une pesanteur, une contrainte financière froidement banalisée.

Pour eux, le salaire pèse peu ; pour nous, il reste la condition de notre subsistance. Pour nous, il est la condition de notre nourriture et de notre repos, pour eux, il est un handicap potentiel pour leurs bénéfices et leurs parts de marché. Quelle vie voulons-nous ? Si nous espérons préparer une lutte finale pour un autre futur, il
est indispensable de prendre au préalable le temps de regarder, d’analyser ce monde que l’on nous impose.

Comprendre le salariat, servitude volontaire des temps modernes, est une première
condition pour construire une véritable alternative. L’évolution de la productivité s’est accompagnée de mutations socioprofessionnelles. Des anciens métiers ont disparu, d’autres apparaissent, ce qui est logique.

Mais, si les emplois sont différents, cela correspond aussi à une tendance à la marchandisation : des sphères d’activités humaines qui échappaient autrefois aux phénomènes des marchés et des prix et où prédominaient gratuité et bénévolat rentrent dans le circuit économique. Ainsi, la culture, le sport ou... le syndicalisme institutionnel et les associations deviennent des "gisements d’emploi" à part entière.

D’autres secteurs dont le développement accompagne le système, comme la "sécurité", le trafic de drogue ou le tourisme sexuel, brassent des chiffres d’affaire de plus en plus important. Ce système continue donc de créer, voir d’inventer, des emplois ; cela nourrit le mécanisme de la création de marchés internes qui ouvre le champ de la consommation en échange de ces emplois. Cela évite une trop grande contraction de la demande, qui, si elle restait basée sur les revenus salariaux issus de la production de biens matériels, serait trop faible pour une offre de plus en plus massive. Cette évolution préserve, tant que faire se peut les principales caractéristiques de notre mode de production ; à savoir que l’individu reste l’outil d’un développement économique qu’il ne choisit pas. Quels que soient les termes employés par les sociologues (travail, emploi, entreprise individuelle...), le lien social qui relie l’individu au système va conserver les principales caractéristiques du salariat.

Le salariat ne se définit pas par l’existence d’une feuille de salaire. C’est avant tout un contrat qui lie le salarié à son patron. La jurisprudence le désigne comme "une convention par laquelle une personne s’engage à mettre son activité à la disposition d’une autre, sous la subordination de laquelle elle se place, moyennant une rémunération".

Il existe donc bien deux parties qui vont rassembler deux groupes sociaux bien distincts par rapport à ce contrat.

  • Le premier groupe peut octroyer du travail et un revenu. Ce groupe détient les moyens de production (technologie...), de distribution (infrastructures économiques, transports...) et d’échange (création de masses monétaires...).
  • Le deuxième groupe rassemble ceux qui n’ont que leur temps ou leur travail à échanger. Il est clair que le premier est dominant sur le deuxième. Les deux groupes sont mis en rapport par un lien économique de domination. Mais ce lien va
    dépasser le champ économique pour s’exercer au niveau idéologique par des tendances qui vont faire pression sur la société. L’ensemble de ces tendances détermine une idéologie. Cette idéologie obéit actuellement à la logique économique du profit maximum. Cette idéologie dominante est l’idéologie de la soumission. Elle permet le développement actuel du capitalisme, c’est-à-dire l’accumulation de bien et de richesses au profit du groupe dominant. Elle caractérise un mode de production.

Dans ce mode de production, le salariat n’est qu’une convention permettant de déterminer le rapport de production, c’est-à-dire, la part effective de la production qui va revenir au groupe dominé. Le salariat présente trois piliers sur lesquels s’appuie ce mode de production :

  • subordination économique (lien salarial),
  • hiérarchies salariales,
  • individualisation du contrat de travail : existence de "catégories" différentes, avec des statuts différents (cadres / agents de maîtrise /employés, grille des fonctionnaires...), évoluant vers le contrat individuel.

Le rapport des forces entre les deux groupes va modifier quantitativement ces trois piliers. Mais, s’il ne remet pas leur existence en cause, ils feront toujours pencher la balance, à la moindre inattention, du côté dominant. Les trois piliers sur lesquels s’est bâti le salariat sont aussi des tendances de l’organisation sociale. A l’échelle de la société, elles s’expriment de la manière suivante :

  • dépendance économique (que l’on songe à la situation du RMIste par exemple),
  • obéissance sociale (par exemple, pouvoir de la mode sur les enfants...),
  • isolement psychologique (déstructuration des individus...).

Cet ensemble de tendances est véhiculé par des vecteurs qui sont les médias, l’éducation nationale... qui reproduisent ces schémas et les favorisent. Ces tendances apparaissent alors comme "normales" aux populations qui vivent suivant des normes imposées par ces trois piliers. La résultante à tous les niveaux de ces tendances, c’est la soumission comme lien dans l’entreprise et dans la société.
La flexibilité, conséquence de cette soumission (interne à l’entreprise ou externe à
celle-ci) est un aménagement du rapport de production, soit, au niveau interne une
tendance à l’individualisation du contrat de travail, soit, au niveau externe, une
tendance à l’individualisation des conditions de vie (travail, pas travail, par épisodes, par tranches de vie...).

Si au cœur du problème du travail il y a l’emploi, c’est parce que le revenu, la condition d’existence de l’individu en dépendent.. Si au coeur du problème de l’emploi il y a le salariat, c’est parce que dans celui-ci, il y a le cadre idéologique dans lequel évolue le rapport de production (subordination, hiérarchie, individualisation...). C’est la conjugaison de ces facteurs qui permet au système d’imposer la flexibilité qui est un aménagement du rapport de production en faveur du mode de production. La flexibilité est donc inscrite dans le salariat.